Les observateurs disent souvent de Zlatan Ibrahimovic qu'il n'est pas décisif dans les grands matchs. Si la statistique peut sembler vraie ces dernières années lors des rendez-vous européens, force est de constater que le géant suédois est un homme de clasico. Tout au long de sa carrière, passée entre Amsterdam, Milan, Turin, Barcelone et Paris, il a marqué de son empreinte ces rencontres à la saveur particulière, celles qui font monter la température et exacerbent les rivalités. Celles qui opposent, sur le terrain, dans les gradins et bien au-delà, les clubs ennemis de la planète foot. Celles, enfin, qui ont pour enjeu bien plus que les trois points de la victoire : la fierté, la gloire et la suprématie.

Publicité
Publicité

Des chocs à l'ambiance de souffre, de quête de pouvoir, de combat jusqu'à la mort, taillés pour le Z et sa personnalité hors du commun.



Les clasicos dans le sang



Le plus célèbre tatoué du championnat de France commence à faire parler de lui à l'Ajax Amsterdam, où il évolue entre 2001 et 2005. Au pays, les matchs contre le Feyenoord Rotterdam (De Klassieker) et contre le PSV Eindhoven (Klassieker) sont toujours des rencontres à l'atmosphère électrique, et sont souvent l'occasion de débordements en tribune. Sur le terrain, Zlatan Ibrahimovic ne manque pas de faire parler la foudre contre les deux principaux rivaux du grand Ajax. En quelques confrontations, il fait trembler les filets à trois reprises contre Feyenoord, et deux contre le PSV, avant de s'envoler pour l'Italie.

Publicité

S'il n'a pas marqué dans le derby turinois avec la Juve contre le Torino, la ville de Milan se souvient de sa star, qui a évolué à la fois sous les couleurs l'Inter entre 2006 et 2009, puis de l'AC entre 2011 et 2012. Le derby de la Madonnina entre les deux formations est l'un des plus anciens du genre, puisque 205 rencontres ont eu lieu entre le Milan AC et l'Inter. Zlatan en a disputé une dizaine, et a inscrit son nom sur le tableau d'affichage à six reprises (deux fois avec l'Inter, quatre avec le Milan AC). Avant d'affoler les statistiques du championnat de France (six buts contre Marseille), la ceinture noire de taekwondo a aussi offert le but de la victoire (1-0) au FC Barcelone contre le Real Madrid, en novembre 2009, dans le seul clasico espagnol disputé au cours de sa carrière. Au total, 18 buts, en moins de 30 rencontres. #PSG #OM



Le Vélodrome, jardin de Zlatan Ibrahimovic ?



Depuis son arrivée dans le club de la capitale, Zlatan Ibrahimovic a déjà disputé six Clasicos malgré son absence au match aller cette saison. Au total, il a inscrit six buts dont deux pour son premier rendez-vous au Vélodrome, le 7 octobre 2012. Avec une reprise acrobatique façon karaté, dont il a le secret, et un coup franc lointain imparable, il avait permis aux Parisiens de rapporter le nul d'un déplacement périlleux en terre olympienne, et montré à la France du foot ce dont il était capable. Six buts, qui font d'ores-et-déjà de lui le meilleur buteur de l'histoire des 84 rencontres disputées entre les deux formations, à égalité avec le Portugais Pedro Miguel Pauleta, et une unité devant le Marseillais Hervé Florès qui sévissait sur le rectangle vert dans les années 1970 et 80. Avant ce choc, le Z cumule 99 réalisations avec le Paris Saint-Germain. Franchir la barre des 100 buts au stade Vélodrome permettrait au géant suédois de marquer davantage encore de son empreinte l'Histoire de ce grand classique des amoureux du #Football, mais aussi celle de son club et du championnat français. Surtout si ce 100ème but s'avérait décisif dans la course au titre. Et avant de penser à battre un autre record, celui du nombre de buts inscrits par un joueur en rouge et bleu, toujours détenu par l'enfant chéri du Parc, Pauleta, 109 buts au compteur. Les défenseurs marseillais sont en tout cas prévenus : Zlatan a scoré à chaque match disputé à Marseille.