Après les incroyables demi-finales aller de la Champions League, disputées mardi et mercredi, l'#Europa League reprenait ses droits en ce jeudi soir.

Avec deux représentants en demi-finales, nos voisins transalpins pouvaient légitimement espérer une finale 100% italienne.

Néanmoins, le #Napoli, qui recevait les Ukrainiens du Dnipro Dnipropetrovsk, ainsi que la Fiorentina, en déplacement sur la pelouse du tenant du titre, le #FC Séville, ont passé des soirées pour le moins compliquées.

Séville fait sauter la Viola

Dans un stade Ramon Sanchez Pizjuan chauffé à blanc, les Sévillans ont réalisé le match parfait.

A l'instar du Fc Barcelone, les Andalous l'ont emporté 3-0 à domicile, et sont donc ainsi quasiment qualifiés pour la grande finale de la compétition, prévue le 27 mai prochain au stade National de Varsovie.

Publicité
Publicité

Dans une première mi-temps équilibrée, les hommes d'Unai Emery ont trouvé l'ouverture suite à un beau mouvement collectif, qui a vu Bacca parfaitement décaler Aleix Vidal pour l'ouverture du score.

Dans la foulée, la Fiorentina ratait l'immanquable par l'intermédiaire de Matias Fernandez, qui manquait le cadre dans une position pourtant parfaite.

Au retour des vestiaires, les coéquipiers de Benoît Trémoulinas ont pris leurs adversaires à la gorge, pour ne plus jamais relâcher l'étreinte jusqu'au coup de sifflet final.

Dans une seconde période totalement à son avantage, Séville a pris de vitesse les joueurs de Vincenzo Montella et matérialisé sa domination avec un nouveau but d'Aleix Vidal, avant que Kevin Gameiro, fraîchement entré en jeu, ne s'offre un but de renard sur son premier ballon.

Le Napoli peut s'en prendre à l'arbitrage 

Au San Paolo, Gonzalo Higuain et ses coéquipiers se sont montrés supérieurs au Dnipro Dnipropetrovsk, mais n'ont pas su concrétiser leurs nombreuses occasions.

Publicité

Butant sur un Denys Bojko exceptionnel dans sa cage, les hommes de Rafa Benitez regretteront sûrement leur manque de réalisme, alors que les attend un périlleux déplacement à Kiev la semaine prochaine.

Malgré un Lorenzo Insigne toujours aussi remuant, et l'ouverture du score de Lopez de la tête juste après le retour des vestiaires, le Napoli s'est fait piéger à 10 minutes du terme sur un but opportuniste de Seleznyov, pourtant placé en position de hors-jeu.

Malheureusement pour les Italiens, ce coup du sort les place au pied du mur, et les oblige à créer la sensation en Ukraine, pour tenter de rallier la Pologne.