Lors des demi-finales aller de la Ligue des Champions, la logique a été respectée dans le sens où les deux équipes évoluant à domicile se sont imposées.

Bien sûr, l'avantage du terrain sera inversé la semaine prochaine, et les vaincus d'hier et de mardi feront tout pour inverser la tendance.

La Juventus fait jeu égal

Mardi soir, dans un duel entre techniciens italiens, avec la présence sur le banc turinois de Max Allegri, et côté madrilène, de Carlo Ancelotti, c'est le premier qui a remporté la bataille tactique proposée par les deux équipes.

Morata, revanchard face à son ancien club, a prouvé qu'il était capable de rivaliser avec Varane, Pepe, et Ramos, et ceci, pas seulement à l'entraînement.

Publicité
Publicité

Carlos Tevez, toujours déterminé, a créé d'immenses soucis à l'arrière garde espagnole. Enfin, les défenseurs de la Vieille Dame, et en particulier ses 2 latéraux, Patrice Evra et Stephan Lichtsteiner, ont réalisé des prestations particulièrement solides.

Pour le Real Madrid, rien n'est perdu, malgré la défaite 2-1.

Si on se doute que le système, peu concluant, basé sur la présence de Ramos en position de milieu défensif, ne sera pas reconduit à Santiago Bernabeu la semaine prochaine, les Merengues vont aussi devoir arrêter de toujours miser sur leurs centres pour tenter de trouver l'ouverture, car les Bianconeri ont prouvé qu'ils avaient du répondant dans la surface de réparation. 

Messi a assommé le Bayern

Dans une autre incroyable bataille tactique livrée par les hommes de Luis Enrique et Pep Guardiola, le Barça et le Bayern se sont longtemps neutralisés, tant leurs philosophies de jeu sont semblables et se rapprochent.

Publicité

Dans une volonté mutuelle d'instaurer un pressing haut généralisé, les deux équipes ont répondu de façon incroyable à la nécessité de rythmer la partie.

Finalement, c'est l'inévitable Lionel Messi qui a débloqué la rencontre avec un magnifique doublé en fin de match (77ème et 80ème), avant de servir parfaitement Neymar pour le 3-0 dans les arrêts de jeu.

Constamment placé en position de meneur de jeu la majorité du match, l'Argentin s'est montré beaucoup plus dangereux après s'être légèrement replacé sur le côté droit, où les nombreux espaces lui ont permis de faire valoir ses incroyables qualités individuelles.

Quant au Bayern, il regrettera sûrement de n'avoir compté que sur Muller et Lewandowski sur ses phases offensives, car, même si les internationaux allemands et polonais sont de véritables poisons, ils étaient trop esseulés pour créer des occasions franches.

Les Bavarois recevront des Catalans qui possèdent dorénavant plus de 93% de chances de se qualifier pour la finale de Berlin, mais peuvent toujours croire à l'exploit.

Publicité

A l'Allianz Arena, les coéquipiers de Philipp Lahm sont en effet irrésistibles dans leur chaudron, comme l'ont prouvé leurs cartons 7-0 face au Shakhtar Donetsk en huitièmes, puis 6-1 contre le Fc Porto en quarts de finale. #Real Madrid #FC Barcelone #Champions League