Deux semaines se sont écoulées depuis le grand départ de ce Tour d'Italie du côté de San Lorenzo et ce lundi, les coureurs du #Giro profitaient de leur deuxième et dernière journée du repos. C'était l'occasion pour le peloton de reprendre des forces avant l'étape dantesque de ce mardi mais c'est également l'occasion de poser un premier bilan de la semaine écoulée !

Contador s'impose comme le grand patron de ce Giro

Alors qu'il possède 2 min 25 sec d'avance sur son dauphin au classement général, Fabio Aru (AST), on voit difficilement comment le Pistolero pourrait ne pas remporter ce Tour d'Italie, édition 2015. Que ce soit en montagne, sur des monts ou encore en contre-la-montre, Alberto Contador s'est imposé comme le coureur le plus costaud parmi les favoris au maillot rose !

Deuxième derrière Philippe Gilbert dans la 12e étape, 3e du contre-la-montre loin devant ces rivaux et deuxième à Madonna Di Campiglio dimanche, le coureur espagnol de la Tinkoff-Saxo gère parfaitement son premier objectif de la saison.

Publicité
Publicité

Mieux encore, on le sent régner en véritable patron sur ce Giro tant il parait facile dans les ascensions et les moments clés.

Fabio Aru, son dernier rival, a eu beau lui ravir le maillot rose dans la 13e étape, c'était surtout dû à une chute qui avait ralenti Contador ! Le coureur italien semble encore un peu tendre cette année pour bousculer le Pistolero …

Astana : le bloc le plus solide

Alors que la plupart des observateurs du Giro jugent le leader de l'équipe Astana encore trop léger ou trop jeune, une chose est sure pourtant : il possède la meilleure équipe de ce tour d'Italie. Fabio Aru peut compter par exemple sur Mikel Landa (4e au général) qui était même plus fort que lui lors de la 15e étape, mais il peut aussi bénéficier du train mené par des coureurs tels que Dario Cataldo, Tanel Kangert ou encore Paolo Tiralongo !

En montagne, c'est donc bien souvent Astana qui donne le tempo alors que Contador est lui beaucoup plus isolé.

Publicité

Ivan Basso, Roman Kreuziger ou encore Michael Rogers peuvent bien sur l'aider mais dans les pourcentages élevés, ils sont bien souvent lâchés !

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Astana domine allègrement le classement par équipes avec plus de 19 min d'avance sur la Movistar, 2e et 50 min 26 sec sur la Tinkoff-Saxo.

Bref, pour Aru, le salut pourrait venir du collectif, mais pour ça, il faudrait encore que Contador soit mis en difficulté !

Les étapes de la semaine

Quelques surprises ont eu lieu durant cette deuxième semaine du Giro. La 10e étape en est le parfait exemple : alors que tout le monde s'attendait à un sprint massif, l'échappée a réussi son coup, ce qui a permis à Nicola Boem (BAR) de signer une très belle victoire dans ce Giro.

Au cours de la 11e étape, c'est un autre coureur quelque peu inattendu qui s'est imposé : Ilnur Zakarin (KAT) qui, après une belle échappée, a accéléré dans l'avant dernière montée du jour pour remporter une victoire en solitaire !

La 12e étape a elle rendu un verdict moins surprenant : dans un final qu'il avait lui-même surnommé : « Le petit Cauberg », Philippe Gilbert s'est extrait du groupe de tête dans la dernière montée pour gagner de la tête et des épaules devant un certain … Alberto Contador.

La 13e étape qui a vu la victoire de Modolo était rendue plus intéressante par la courte passation de maillot rose entre Contador et Aru ! Avant que le coureur espagnol ne remette les choses au point et n'écrase ses concurrents dans le contre-la-montre de la 14e étape, qui a vu la victoire de Vasil Kiryenka (SKY).

Enfin, le dimanche, juste avant la journée de repos, c'est Mikel Landa (AST) qui a profité de la rivalité entre Contador et son leader  au sein d'Astana, Fabio Aru pour s'imposer au sommet de Madonna Di Campiglio ! #Cyclisme