Quarante ans. Cest le temps qu'il aura fallu attendre pour que les supporters des Warriors revoient leur équipe devenir championne de conférence et donc aller en finales #NBA. Après tout, la meilleure équipe de la saison régulière, avec le MVP, Stephen Curry, n'en attendait pas moins. Mais ils l'ont fait et répondent ainsi à l'invitation de Cleveland, qualifiés la nuit dernière. 

Golden State a fait le job

 Après deux premiers matchs se jouant à la possession près, finalement tous deux remportés par les Warriors, puis un match gagné sur le parquet de Houston, les hommes de Steve Kerr avaient sans doute fait le plus dur. Le match 4 tonitruant de Houston laissait toutefois tous les espoirs encore permis aux Rockets. Mais aucune équipe n'a jusque là réussi à remonter un déficit de 3-0 en playoffs, et Houston n'a pas échappé à la règle. Sobrement, les Warriors ont fini le travail. Pas auteur d'une partie resplendissante, les Californiens se sont appuyés sur leur collectif fourni et se sont surtout attelés à faire déjouer leurs adversaires...en particulier James Harden. Auteur d'un match de mammouth deux jours plus tôt (45 points, 9 rebonds, 5 assists, près de 60% de réussite au tir), The Beard a cette fois été harcelé, notamment par l'ancien 76ers, Andre Iguodala, et n'a pu avoir l'influence escomptée sur son équipe. Malgré un valeureux Dwight Howard (18 points, 16 rebonds, 4 blocks) et six de leurs joueurs à plus de 11 points, la machine était enrayée et la marche était, cette fois, trop haute.

Les deux premiers matchs se sont joués à couteaux tirés et les Rockets ont laissé passer leur chance. Il était ensuite trop dur de revenir. "Ce n'est pas ce que l'on espérait, mais cette saison a été très bonne pour nous. L'an prochain on veut faire mieux et on y arrivera" a déclaré, après le match, James Harden. Perturbés par les blessures et auteurs d'une belle saison régulière, les Rockets peuvent effectivement se féliciter de leur année, avec des playoffs assez convaincants également (menés 3-1 par les Clippers en demi-finale, ils l'ont finalement emporté 4-3) et un collectif né. Rendez-vous l'année prochaine.

Car cette fois, pas de come-back qui tienne. Les Warriors étaient sûrs de leur force et n'ont pas tremblé. Il aura tout de même fallu un quart-temps pour que la machine Golden State se mette en route, mais Barnes, Thompson et Curry (malgré de mauvais pourcentages) ont finalement tous culminé à plus de 20 points et ils ont pu compter sur l'efficacité habituelle d'Andrew Bogut en défense. Ajoutez à cela le rôle de chien de garde d'Iguodala (4 interceptions) et l'apport de Festus Ezeli en sortie de banc (12 points, 9 rebonds), et vous avez la recette des Warriors pour faire déjouer Houston.

Une victoire logique au final pour la meilleure équipe de la saison régulière, face à une valeureuse équipe de Houston, encore un cran en-dessous. A l'image des supporters des Rockets qui ont applaudi Curry à son retour sur terrain après sa chute dans le match 4, Curry et Harden se vouent toutefois un grand respect et se sont fendus d'une belle accolade à la fin du match, après s'être tirés la bourre toute l'année. Curry n'a d'ailleurs pas manqué de glisser au barbu : "You pushed me all year", autrement dit : "Tu m'as poussé à donner le meilleur de moi-même toute l'année". Une belle marque de respect entre les deux meilleurs joueurs de la saison. Mais Curry a maintenant rendez-vous avec un autre James.

Une victoire que tout le monde attendait après la qualification de Cleveland hier. Curry et ses compères Warriors rejoignent donc les Cavs de King James pour une série finale de haut vol. Le premier match aura lieu le 4 juin, à l'Oracle Arena, encore très chaude hier soir. Difficile de prédire qui l'emportera, mais tous les éléments sont réunis pour que cette série soit digne d'une finale NBA. Curry, lui, semble avoir confiance et n'a pas manqué d'en faire part au public de la plus simple des manières : "Pourquoi pas nous ?" #Basket-Ball