Jean-Luc Vannuchi est un entraîneur serein. Il sait que la mission de samedi soir au Stade de France sera très périlleuse. Mais il ne veut pas stresser pour autant. Car quand il regarde les forces en présence, il sait que le déséquilibre entre le #PSG et Auxerre est énorme. Déjà en termes de budget. « Le salaire d'Ibrahimovic, c'est le budget de l'AJA », plaisante-t-il. Mais ce n'est pas pour autant que le coach s'avoue vaincu d'avance. « Il n'y a pas photo entre les deux équipes mais nous allons essayer de donner une bonne image d'Auxerre », indique-t-il. Tout en évoquant le petit poucet avec qui Auxerre est comparé. « Il n'y a pas plus petit que le petit poucet ? Nous sommes encore un grade en-dessous », rigole-t-il.

Publicité
Publicité

Malgré l'ampleur de la tâche, le coach ne veut pas perdre le sens de l'humour.

Un match historique à tous points de vue

Vous l'aurez compris, c'est en toute décontraction que l'on prépare la finale de samedi soir à Auxerre. Surtout que quel que soit le résultat final, le match rentrera dans l'histoire du #Football français. Pour deux raisons, expliquées par l'entraîneur. « Ce match va être historique à tous les points de vue. Soit, le PSG va remporter tous les trophées, soit nous allons créer le buzz en battant Paris ». Suite à cette analyse, on ne peut que lui donner raison. Pour faire belle figure, Auxerre pourra s'appuyer sur ses joueurs expérimentés, comme Sébastien Puygrenier. « Nous sommes conscients que nous avons très peu de chance. Mais sur un match, tout est possible. Dans cette compétition, des petits éliminent des équipes de Ligue 1. Alors, pourquoi pas une Ligue 2 ? », souligne le joueur auxerrois. « Le plus important est de prendre un maximum de plaisir et n'avoir aucun regret. Même si nous devons montrer du respect au PSG, il faut jouer notre chance à fond ».

Publicité

Pour ne rien regretter, comme déjà dit…Dix ans après sa victoire en Coupe de France, Auxerre a une nouvelle opportunité d'écrire l'histoire de ce club mythique français. Bon courage aux Bourguignons ! L'exploit est toujours à leur portée…