S'il y en a bien un qui connaît aussi bien la #Premier League que la Liga, c'est José Mourinho, l'entraîneur de #Chelsea. Il a remporté des titres avec le #Real Madrid et avec Chelsea. Quand il donne son avis et compare les deux compétitions, celui-ci vaut donc la peine d'être écouté. « Barcelone et le Real auraient du mal en Premier League. Ces deux équipes devraient vraiment se battre pour obtenir le titre de champion d'Angleterre », indique-t-il. « J'ai été en Espagne mais je n'en n'ai pas vraiment profité. J'ai gagné un titre avec un record de 100 points et 121 buts. Mais nous n'avons joué que trois quatre matches sur la saison ». Mourinho veut bien sûr dire, via ces déclarations, des matches de haut niveau.

Publicité
Publicité

« J'ai aussi perdu un titre avec 92 points. Mais à nouveau, nous n'avons joué que quatre ou cinq matches de la saison ».

Un fossé énorme entre les deux championnats

Pour lui, il manque de concurrence entre les équipes du top espagnol et les autres. « Le fossé est énorme », indique-t-il. « Mais tu as quand même la pression de devoir gagner à chaque rencontre ». C'est après le match perdu à West Bromwich Albion 3-0 que l'entraîneur de Chelsea a expliqué cette différence. Voulant sans doute prouver qu'en Angleterre, les grands peuvent être battus par n'importe qui, comme l'a été Chelsea à West Brom. Attention tout de même, les Blues avaient déjà le titre en poche. L'enjeu était donc moindre et la défaite moins importante. « En Italie et en Espagne, j'ai gagné des matchs en laissant des joueurs au repos. Ici en Angleterre, ce n'est pas garanti de gagner avec des joueurs au repos ».

Publicité

Là c'est sûr, Mourinho fait référence à la défaite de lundi. Comme quoi, le « Special One » veut toujours tout gagner. Et quand ce n'est pas le cas, il doit se justifier. Les supporters des Blues lui auront déjà pardonné cette défaite. Il n'a d'ailleurs pas hésité à venir saluer les fans des Blues sur la pelouse de West Brom. Ce match, Chelsea l'a joué avec la tête déjà en vacances pour certains joueurs. Peut-on vraiment leur en vouloir après une telle saison ?