Cette dernière journée de Ligue 2 aura décidément été très riche en émotions.

Angers, 21 ans après

Dans un stade Jean Bouin en ébullition, les Angevins n'ont pas tremblé au moment de valider leur ticket pour la #Ligue 1.

Face à des Nîmois démobilisés et assurés de leur maintien par la Ligue de #Football Professionnelle dans la semaine, ils ont du attendre la 40ème minute, et l'ouverture du score de Guy Massoma Ngosso, pour faire chavirer une enceinte dévouée corps et âme à leur cause.

Au retour des vestiaires, les Scoïstes surfaient sur l'euphorie ambiante, et en profitaient pour creuser l'écart grâce à un doublé de Sacha Clémence.

Publicité
Publicité

Au coup de sifflet final, c'est un incroyable envahissement du terrain qui venait couronner cette soirée inoubliable pour le club, qui retrouve donc l'élite, 21 ans après l'avoir quittée en 1994.

Devant les caméras de BeinSports, Jonathan Kodjia, sacré meilleur joueur de Ligue 2 pour la saison 2014-2015 pouvait dédicacer sa danse au consultant Robert Malm, tandis que ses coéquipiers négociaient déjà les primes de montée avec le Président Saïd Chabane. 

Valenciennes et l'Ac Ajaccio sauvent leur peau 

Il s'en ait fallu de peu que ces 2 récents pensionnaires de Ligue 1 ne goûtent à l'enfer du National.

Au Stade du Hainaut, les Nordistes, menés à la demi-heure de jeu par le Gazélec Ajaccio, ont su se ressaisir après la pause, faisant ainsi trembler les filets à deux reprises par l'intermédiaire de Slidja et Mbenza, et rassurer le peuple rouge, venu massivement soutenir les siens dans cette situation critique.

Du côté de la Corse, l'ACA a longtemps cru passer une soirée tranquille.

Alors qu'ils menaient tranquillement 2-0 face à Arles Avignon suite à des réalisations de Fauvergue et Vidémont, les insulaires ont vu Cissé réduire le score à la 66ème minute, avant de totalement déjouer la fin de rencontre, le même Nicolas Fauvergue se retrouvant même sanctionné d'un carton rouge dans les arrêts de jeu. 

Orléans peut s'en mordre les doigts 

Un an après avoir rejoint la Ligue 2, les Orléanais vont faire l'ascenseur.

Même si ils ont fait le job en s'imposant sur la plus petite des marges face à Sochaux, les hommes d'Olivier Frapolli payent une fin de saison complètement manquée.

En effet, depuis la 27ème journée, ils n'ont pas été en mesure d'engranger plus de 8 malheureux petits points.

Cette absence de résultats dans le sprint final leur aura finalement été fatale.

Publicité