On ne peut pas vraiment dire que, dernièrement, les relations soient au beau fixe entre l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain.

Entre la puissance dominante des années 2000 (7 titres de champion de France consécutifs), et celle des années 2010 (2 titres d'affilée pour l'instant), c'est une histoire de suprématie nationale qui est en jeu.

Agréablement surpris par ses protégés lors de cette saison 2014-2015, Jean Michel Aulas en a profité pour redevenir le Père Fouettard qu'il avait l'habitude d'être lorsque Sylvain Wiltord, John Carew, ou encore Juninho, faisaient le bonheur du stade Gerland.

L'intox perpétuelle d'Aulaso

Avec JMA, ce n'est pas compliqué.

Publicité
Publicité

Il suffit d'aller sur son compte Twitter pour comprendre à quel point les gazouillis du Président lyonnais sont autant de piques adressées, soit aux instances, soit à son rival de la capitale.

Après avoir déjà ouvertement réclamé la sélection de Nabil Fekir en équipe de France pour habilement faire monter son prix, Jean-Michel Aulas est aussi immédiatement sorti du bois lors de la confrontation entre l'#OL et le #PSG dans le Rhône.

En effet, alors que Zlatan Ibrahimovic venait de voir son penalty arrêté par Anthony Lopes, l'arbitre de la rencontre, Clément Turpin, a finalement donné à retirer le coup de pied de réparation, ayant estimé qu'il y avait des joueurs présents dans la surface au moment où le Suédois allait frapper.

Ibra n'a pas craqué une seconde fois et a bien sûr trompé le portier portugais, ce qui a eu le don de rendre fou le gourou de l'Olympique Lyonnais sur les réseaux sociaux.

Publicité

En marge du derby face à l'As Saint Etienne, Aulas s'est évidemment plaint de l'arbitrage, regrettant que les fautes stéphanoises commises en seconde période n'aient pas été sanctionnées par une expulsion.

Enfin, il y a à peine quelques jours, JMA a refait parler de lui, annonçant qu'il était prêt à poser une réclamation au sujet de la titularisation de Zlatan Ibrahimovic (suspendu 4, puis 3 matchs) dans le cadre du déplacement des Franciliens à Nantes.

Le PSG et ses vraies-fausses envies de transfert 

Après une précieuse victoire 2-0 en Loire-Atlantique, Blaise Matuidi a ouvertement demandé au président lyonnais de s'occuper uniquement de son club, ce qui démontre l'agacement que le comportement du dirigeant peut avoir sur les troupes parisiennes.

Mais Nasser Al-Khelaïfi et la direction du PSG ont, eux aussi, été accusés de tentatives de déstabilisation par le coach lyonnais, Hubert Fournier.

Ce dernier reproche tout bonnement aux Qataris de courtiser ouvertement ses deux attaquants vedettes, Alexandre Lacazette et Nabil Fekir, alors qu'il reste encore trois journées de championnat.

Incontestablement, l'ambiance est de plus en plus lourde dans ce sprint final de la #Ligue 1