Après avoir remporté le match 3, Chicago et Los Angeles avaient l’occasion de mener 3-1 à domicile, une avance quasi rédhibitoire en playoffs.

Cleveland Cavaliers 2-2 Chicago Bulls

La série en était à 2-1 en faveur des Bulls après le buzzer beater de Derrick Rose. Et on pensait les Cavs secoués, prêts à lâcher en cas d’éclat. Et celui du début du deuxième quart (37-29) pouvait y ressembler. Mais Lebron James (25pts à 10/30, 14rbs, 8pds et 8 TO) bouchait tous les trous et s’appuyait sur de forts Timofey Mozgov (15pts, 9rbs, 3blk) et Tristan Thompson (12pts, 7rbs) pour claquer un 14-0 salvateur. Derrick Rose (31pts, 4pds) et Jimmy Butler (19pts, 5rbs, 3stl) colmataient la brèche. À mi-parcours, rien n’était fait (45-49). C’était bien un match de l’Est avec des défenses dures, une lutte acharnée au rebond, des fautes vilaines, des techniques et un score serré. Maladroites dans le champ, les équipes ne tremblaient pas sur la ligne avec une mention pour Cleveland (23/24). La victoire reviendrait probablement à l’équipe dont le facteur X sortirait du banc. J.R. Smith (13pts, 3rbs) levait le doigt côté Cavs, mais Tony Snell (7pts, 4rbs) montrait lui aussi le bout de son nez. C’est en fait Mozgov qui scorait sur deux possessions pour donner six points d’avance à son équipe à deux minutes de la fin. Hélas pour Cleveland, Rose et Butler montraient les muscles pendant que James s’énervait des arbitres. Égalité à 1.5 secondes du terme, balle aux Cavaliers. Un goût de déjà vu. Juste la possession qui changeait de camp. Et la balle de mains. Celles de Lebron James faillent rarement, même quand elles en sont à 9/29. Angle zéro, le pied mangeait l’arc. Peu importe, les filets claquaient. D’égalité il n’y avait plus (84-86). Pour ce qui est du score de ce match 4, car la série, elle, en est à 2-2. Direction l’Ohio.

Los Angeles 3-1 Houston Rockets

Battus de 25 points au match 2, les Rockets n’avaient pas le choix s’ils voulaient continuer à y croire. Car être mené 1-3 en playoffs confère seulement 4% de chance de se qualifier. Pour ne pas en être là, Houston avait décidé de ne pas jouer et de faire du « Hack-A-Jordan ». Le pivot des Clippers shootait 26 lancers francs en première mi-temps. Mais même ainsi, les Rockets étaient menés (60-54). DeAndre Jordan (26pts, 17rbs) ne se montrait pas si maladroit et, quand il était sur le banc, Chris Paul (15pts, 12pds) et Blake Griffin (21pts, 8rbs) perforaient la défense en coton des joueurs du Texas. James Harden (21pts, 8rbs, 6pds) et Trevor Ariza (18pts, 8rbs, 3stl) avaient beau envoyer quelques bombes, Houston avait peur de défendre. Car à faire du « Hack », les joueurs cumulaient les fautes. Dwight Howard (7pts, 6rbs, 6 fautes en 18 minutes) et James Harden, qui ne participaient pourtant pas à cette mascarade, devaient s’asseoir sur le banc bien trop souvent. En face, le banc des Clippers excellait : Austin Rivers (12pts, 5rbs), Jamal Crawford (13pts, 4rbs) et Spencer Hawes (8pts, 2pds) dominaient leurs homologues. Punis, les Rockets l’ont été dans le troisième quart (43-25). La fin de match permettait à Doc Rivers de reposer ses cadres. La fessée était donnée (128-95), la série est presque terminée. Car, à ce jeu, Houston ne peut pas gagner. De stratégie, il leur faudra changer. #Etats-Unis #Basket-Ball #NBA