Chicago Bulls 1-0 Cleveland Cavaliers

Privés de Kevin Love et JR Smith, les Cavs étaient débordés en début de match, contrôlant mal les oppositions directes (Lebron James qui défend sur Noah par exemple). Très adroits, les Bulls punissaient les oublis défensifs et faisaient profit des pertes de balles de Cleveland. Dunleavy (14pts, 7rbs) enfilaient les trois points, Chicago viraient en tête au premier quart (15-27). Mais même si les Cavs n’ont plus goûté aux playoffs depuis 2010, l’équipe comporte des hommes d’expérience : Lebron James bien sûr, mais aussi James Jones ou Mike Miller. Patients et plus rudes, les locaux remontaient au score, sous l’impulsion d’un Kyrie Irving (30pts, 6pds) en feu dans cette deuxième période. À la pause, l’écart avait en partie fondu (44-49). Mais Chicago ne renonçait pas. Car même si Mozgov (9pts, 5rbs) égalisait, les Bulls claquaient un 15-0 teinté de la réussite et de la complicité entre Derrick Rose (25pts, 5rbs, 5pds) et Pau Gasol (21pts, 10rbs, 4blk). Lebron James, en connaisseur, rameutait sa troupe en gonflant toutes ses statistiques. Aaron Brooks (6pts) apportait de la fraîcheur et un trois points en déséquilibre, Chicago avait de l’avance à l’orée de la dernière période (70-81). À l’énergie, Cleveland revenait. Shumpert (22pts) de loin, Irving en pénétration, Thompson (4pts, 8rbs) aux rebonds, Lebron James (19pts, 15rbs, 9pds, 3stl) partout. Seul Derrick Rose climatisait la salle et les Cavs revenaient à une possession. Mais là encore, Rose et Gasol se connectaient pendant que les locaux la jouaient individuelle. Le panier ultra chanceux de Butler (20pts, 6pds) à 30 secondes du terme sonnait le glas des Cavaliers. Car derrière Irving déchirait et les lancers de Dunleavy ou Butler rentraient (92-99). Chicago a bien investi sur son premier quart-temps pour prendre le match 1 et l’avantage du terrain.

Los Angeles 1-0 Houston Rockets

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Les Clippers ne voulaient pas s’y résoudre. Chris Paul forfait pour ce match 1, L.A. débutait avec Austin Rivers à la mène. Houston n’en avait cure et débutait le match tambours battants. L’écart montait jusqu’à 13 points en début de deuxième quart (37-24), grâce aux points de James Harden (20pts, 5rbs, 12pds, 4stl mais 9 TO) et aux rebonds de Dwight Howard (22pts, 10rbs, 5blk). Du banc des Angelinos sortait alors un Jamal Crawford (21pts, 5rbs, 4pds) de feu, qui suppléait Austin Rivers (17pts, 3pds, 4stl), très propre. Appliqués et patients, les hommes de Doc Rivers retournaient aux vestiaires avec un écart plus que surmontable (50-46). Surtout qu’en deuxième période, ils décidaient de passer la seconde. Blake Griffin (26pts, 14rbs, 13pds) se multipliait, Matt Barnes étonnait (20pts, 5rbs, 4stl) et DeAndre Jordan (10pts, 13rbs, 4blk) défendait. En face, Trevor Ariza (17pts, 5rbs, 3stl) était un peu seul tandis que le banc, d’habitude si performant, décevait. Smith (10pts, 5rbs) et Brewer (6pts, 1rb) n’apportaient pas aux Rockets leur impact si souvent salvateur et décisif. En face, J.J. Redick (17pts) se régalait des passes de Griffin. La seconde période fut une souffrance pour Houston. 51-71 sur la deuxième mi-temps, une vraie claque. Au final, il n’y a presque pas eu de match, et tout ça sans Chris Paul (101-117). Il faudra pour les Rockets perdre moins de balles (24) et surtout mieux défendre. Sinon la série pourrait tourner court.

_

Hier déjà, le déplacement avait été profitable à Washington sur le parquet d'Atlanta.  #Etats-Unis #Basket-Ball #NBA