Une finale 100% française, témoin de l'hégémonie hexagonale actuelle sur la planète #Rugby. D'un côté, il y a le RCT, le Rugby Club Toulonnais, double tenant du titre et favori de cette finale de Coupe d'Europe qui se joue ce samedi à Twickenham en Angleterre. De l'autre, l'ASM Clermont Auvergne, loser magnifique, habitué des finales perdues. Exception faite de son titre national en 2010, l'équipe entraînée par Franck Azéma a le plus souvent, ces dernières années, collectionné les médailles d'argent (Top 14 en 2007, 2008 et 2009, Coupe d'Europe en 2013) et fait donc figure d'outsider dans la conquête d'un trophée qui lui échappe depuis sa création en 1995.

Publicité
Publicité

Cette année, la finale de la Coupe d'Europe de rugby est d'ailleurs un remake de celle du 18 mai 2013 dans l'enceinte de l'Aviva Stadium de Dublin. Ce jour-là, Clermont, en tête une bonne partie du match, se fait reprendre sur un essai de l'Anglais Delon Armitage à un peu moins de quinze minutes du terme de la rencontre. Le RCT l'emporte 16 à 15 et fête son premier sacre européen.



Clermont préfère le statut d'outsider



Il y a deux ans, le rapport de force est tout autre. Clermont est en forme, et le monde de l'ovalie en fait son favori. Toulon de son côté vient de retrouver l'année précédente la finale du Top 14 après 20 ans d'absence (défaite face au Stade Toulousain). Le RCT déjoue les pronostiques et la malédiction clermontoise continue de sévir.

Publicité

Cette saison, Morgan Parra, demi de mêlée de l'ASMCA, préfère le statut d'outsider : "On a pris l'habitude d'entendre que l'on craque souvent, que mentalement on n'y est pas. On se dit que ce sera compliqué de gagner face à Toulon, et que personne ne nous voit vainqueurs. On se place en outsider, mais l'envie de l'emporter est grande". Même son de cloche du côté de Julien Bonnaire qui évolue au poste de troisième ligne centre dans le club clermontois, et pour qui les vulcans ont appris de leurs déconvenues passées : "On est une équipe différente, et je pense qu'on a progressé. J'espère aussi que toutes ces défaites nous ont servi à grandir." Bonnaire, justement, mais aussi Julien Pierre, ou encore Napolioni Nalaga quitteront par ailleurs le club à la fin de l'année et disputeront donc leur dernière finale européenne sous le maillot jaune et bleu, avec l'ambition de ramener cette fois-ci le Graal à Clermont.



Toulon sur sa lancée ?



Le RCT, privé de son centre Maxime Mermoz, forfait pour la finale, visera de son côté un troisième titre consécutif pour confirmer sa suprématie européenne. Si les hommes en rouge et noir sont donnés vainqueurs par les observateurs, Mourad Boudjellal, le président du RC Toulon, estime que son équipe est moins forte que celle de Clermont : "Depuis le début de la saison, je dois reconnaître que Clermont est une belle équipe, avec un rugby en place et une énergie de gagner parce qu'ils en ont peut-être marre de courir après ce titre depuis des années. Pour l'instant, on est moins fort". Un avis partagé par le demi d'ouverture du RCT, Matt Giteau : "Clermont est une belle équipe dans son ensemble. Pour moi, c'est même la meilleure équipe cette année. Ils ont bien joué tout le temps, ont fait le boulot. Pour moi, ils sont favoris dans cette finale". À Twickenham, l'Australien aura pour ambition d'écrire l'Histoire, et d'offrir à Toulon un troisième sacre d'affilée : "On sait bien que c'est quelque chose de spécial si on arrive à gagner samedi, mais penser au triplé, non. Tu y penses quand tu as 60 ans, tu réfléchis et tu te dis : « Ah oui, c'est spécial ! », mais aujourd'hui tout ce qui compte, c'est de gagner". Au RCT, les icônes vieillissantes du pack toulonnais, Botha, Williams et Hayman disputeront également leur dernière rencontre européenne. Un baroud d'honneur, peut-être, avant la retraite pour ces joueurs récemment bousculés par le président Boudjellal : "Bakkies Botha, Ali Williams, ce sont pas ceux qu'on a connu à la grande époque ! C'est leur dernier tour de piste, et il y a des kilomètres au compteur. C'est pareil avec Carl Hayman". De quoi leur donner une motivation supplémentaire pour finir en beauté.