Lorsque le #PSG démarre la saison 2014/2015, il a de nombreux objectifs en tête. Parmi ces ambitions, on trouve une qualification pour le dernier carré de la Ligue des Champions qui échappe aux joueurs de la capitale depuis 2 ans déjà.

Mais sous les contraintes du Fair-Play financier mis en place par l'UEFA de Michel Platini, le club de la capitale est limité dans son recrutement et ne peut renforcer suffisamment son équipe de stars, du moins comme le club le souhaiterait.

Un seul renfort à l'actif des parisiens en la personne de David Luiz, défenseur de Chelsea, recruté pour la coquette somme de 49.5 millions d'euros.

Publicité
Publicité

Choix d'autant plus étonnant que les parisiens avaient montré des difficultés dans l'animation offensive en 2013/2014 en l'absence de Zlatan Ibrahimovic.

Une première partie de saison poussive

Le premier match de la saison est le trophée des champions contre l'EAG (En Avant Guingamp), vainqueur de la coupe de France. Une victoire sur le score de 2-0 permet au club de la capitale d'engranger son premier titre de la saison.

Les choses sérieuses comment réellement avec le premier match de la ligue 1 version 2014/20115 face à Reims. Face à des rémois volontaires, le PSG ne peut faire mieux qu'un 2-2, malgré de nombreuses occasions.

Avant de commencer la campagne de Ligue des Champions contre l'Ajax Amsterdam, les Parisiens ont déjà concédé trois matchs nuls (Reims, Evian et Rennes), signe d'une animation offensive défaillante.

Publicité

Et le match en Hollande confirmera les dires des spécialistes. Un nul 1-1 contrarie les ambitions parisiennes qui sont dans un groupe relevé où joue notamment le FC Barcelone. Pour couronner le tout, c'est sans Zlatan que se présente le PSG face à l'ogre catalan fin septembre. Et contre toute attente, les Parisiens l'emportent 3 à 2 et prennent la tête de leur groupe.

Puis, le PSG rencontre le RC Lens lors de la 10e journée, tout juste promu en L1 au Stade de France. A l'issue de ce match où les Parisiens s'imposent 3 à 1, le PSG enchaînera une série de 6 victoires consécutives qui permet aux joueurs de la capitale de rester au contact du leader marseillais. En effet, au soir de la 15e journée, le PSG ne compte qu'un point de retard sur l'OM (33 points, contre 34 pour les joueurs de la Canebière).

Malheureusement, le mois de décembre sera beaucoup plus compliqué et sèmera le doute au Camp des Loges. Un premier match nul contre Lille lors de la 16e journée (1-1), puis deux défaites contre Guingamp et Bercelone (3-1) cassent la bonne série parisienne.

Publicité

Au soir de la 19e journée, le PSG est troisième de Ligue 1 avec 38 points, et a terminé second de son groupe de Ligue des Champions avec 13 points.

Un réveil tardif mais suffisant

La seconde partie de saison se situe dans la continuité de la première. Le PSG est trop facile et se fait piéger, comme à Bastia (20e journée) où le club de la capitale encaisse 4 buts en un seul match, un record sous l'air des Qataris (défaite 4-2, score final).

La suite n'en sera que meilleure pour le PSG. En effet, malgré une impression de suffisance, le club reste au contact du leader marseillais puis lyonnais. Avant d'affronter Chelsea en 8e de finale aller de la Ligue des Champions, le PSG est toujours 3e avec 49 points et seulement 2 unités de retard sur l'OL (51 points).

La double confrontation face aux Anglais connait une issue heureuse puisque le PSG se qualifie pour les quarts de finale après 2 matchs nuls (1-1 à l'aller, et un héroïque 2-2 au retour à Stamford Bridge).

Au tour suivant, les joueurs du Camp des Loges retrouvent le FC Barcelone qu'ils avaient déjà rencontré en phase de poules. Mais emmené par le fameux trio MSN (Messi, Suarez, Neymar), les Catalans sont beaucoup trop forts pour le PSG qui s'incline 3-1 au Parc des Princes, et 2-0 au Camp Nou.

Cette élimination permet au PSG de se concentrer sur le championnat où le club est toujours en lice pour le titre. Et c'est à ce moment qu'intervient le réveil parisien. Paris étrille Lille 6 buts à 1 lors de la 32e journée. Puis c'est au tour de Guingamp de subir le même sort (6-0, 36e journée).

Au final, le PSG remporte la Ligue 1 avec 83 unités, soit 8 de plus que son dauphin lyonnais (75 points). De plus, l'équipe a réussi ce qu'aucun club n'avait fait jusqu'à présent, remporter tous les trophées nationaux. (Trophées des champions, Ligue 1, coupe de la ligue, et coupe de France).

Et même si le club termine avec la meilleure attaque (83 buts), il devra renforcer ce secteur avec un joueur capable d'être décisif dans les grands matchs, chose que Cavani et Ibrahimovic ne sont pas.

Pour rêver plus grand, les Parisiens devront mettre les moyens au service d'un attaquant de classe mondiale. Par chance, ce type de joueur ne manque pas. #Football