Les apparences sont parfois trompeuses. A l'heure actuelle, quand on voit Eden Hazard évoluer avec #Chelsea, on sent qu'il trouve la plénitude de ses moyens et qu'il est en pleine confiance. Une confiance qui pour beaucoup, est le fruit d'un bon travail et d'une bonne entente entre le joueur belge et José Mourinho. Oui mais ça c'est maintenant ! Et ça n'a pas toujours été le cas. Ne dit-on pas qu'un grand amour commence toujours par une dispute ?

#Eden Hazard a révélé qu'il avait, dans le passé, eu des rapports difficiles avec son entraîneur José Mourinho. C'est seulement depuis quelque temps que l'entente est parfaitement cordiale entre les deux hommes.

Publicité
Publicité

Et donne lieu à d'excellents résultats pour les Blues de Stamford Bridge. « Maintenant, ça se passe très bien avec Mourinho », a déclaré celui qui a été élu meilleur joueur de la #Premier League. Avant de revenir sur les passages un peu plus difficiles entre le joueur et son coach. « Mais la saison dernière, nous avons deux ou trois désaccords. Mais avec José, tout est vite oublié ».

Fier de son nouveau statut sur le terrain

Il n'empêche que désaccords il y a eu. Et il faut sans doute les trouver dans le fait que l'entraîneur de Chelsea a voulu faire d'Eden Hazard un joueur qui sait aussi travailler défensivement et pour l'équipe. Un joueur qui ne pense pas qu'à dribbler et faire un assist ou aller marquer un but. C'est dans ce travail que la relation a parfois été tendue.

Publicité

« Mais maintenant, je suis fier de mon nouveau statut sur le terrain », a-t-il indiqué. Un statut qui l'érige en véritable patron de l'équipe. « Sur un terrain, je ne parle pas beaucoup mais j'essaie de faire de mon mieux même si je prends parfois la mauvaise décision », a poursuivi le Diable rouge qui jouera contre la France, ce dimanche au Stade de France. « Ma plus grande chance est que j'ai souvent joué de bonnes saisons les années précédentes. Il n'y a pas un an où j'ai été mauvais même s'il y a des matchs où j'ai moins bien joué ». Ce qui arrive de moins en moins souvent…