Première étape de montagne aujourd'hui sur le Dauphiné, première arrivée au sommet en tout cas. Une étape identique à celle que l'on retrouvera, dans un mois environ, sur le Tour de France, pour la 17ème étape. 161 kilomètres entre Digne-les-Bains et Pra-Loup, 5 cols, mais surtout la doublette Col d'Allos (1ère catégorie) et Pra-Loup (2ème catégorie) pour terminer. Une étape tremplin, dont a su parfaitement profiter le Français Romain Bardet.

Bardet, 40 ans après Thévenet

Une étape qui démarre tranquillement (elle se terminera d'ailleurs avec la moyenne horaire la plus lente prévue par ASO) et qui permet à sept hommes de rapidement prendre la poudre d'escampette : Arnaud Courteille (FDJ), Albert Timmer (Giant-Alpecin), Romain Sicard (Europcar), Tim Wellens (Lotto-Soudal), Pieter Serry (Etixx-Quick Step), Christophe Riblon (Ag2r) et l’Erythréen Teklehaimanot (MTN-Qhubeka) porteur du maillot de meilleur grimpeur et sorti pour prendre les points en haut des premiers cols. Ils n'auront jamais plus de cinq minutes d'avance sur le peloton et, alors que Sicard, Wellens et Serry tentent de s'accrocher, ils seront repris par le train de la Sky dans l'avant-dernière ascension du jour, le col d'Allos.

Un col que les échappées auraient aimé passer en tête afin de faire une bonne descente et pouvoir espérer tenir dans la montée de Pra-Loup, longue de 6.5km. Des espoirs anéantis par la Sky de Chris Froome, très impressionnante aujourd'hui, qui aura lessivé une grande partie du peloton avant le sommet. Les derniers kilomètres d’ascension font certaines victimes notables comme Jean-Christophe Péraud, Bauke Mollema ou même Arnold Jeannesson, à court de forme pour le moment pour son retour à la compétition, ainsi que le maillot jaune, Rohan Dennis. Tous les grands favoris sont là, Froome, Nibali, Valverde, Talansky et autres Tejay Van Garderen. On pense alors se diriger vers une course de côte, mais à moins de 500 mètres du sommet, Romain Bardet, bien replacé préalablement par son compère Alexis Vuillermoz, se fait la malle. Personne ne réagit. 

Le Français décide alors de faire la descente à fond et fait preuve d'une agilité remarquable pour finalement compter 1 minute 20 d'avance sur le peloton au moment d'attaquer la montée de Pra-Loup. La victoire est en vue, et même le maillot jaune semble envisageable. Sur cette montée de 6.2km avec une pente de 6.5% de moyenne, le Français voltige et ne perd rien sur un peloton toujours mené par la formation britannique. Un rythme pourtant soutenu, qui permettra à Froome de lâcher quelques clients tels que Nibali ou Valverde. Tandis que Bardet s'envole vers la victoire, Froome place une banderille à un peu plus d'un kilomètre de l'arrivée. Personne ne suit, sauf Benat Inxausti, qui sort d'un bon Giro, et surtout Tejay Van Garderen, qui entend bien récupérer le maillot jaune de son coéquipier. L'Américain ne tombe pas dans le piège et revient petit à petit sur Chris Froome, grâce à un rythme bien soutenu. L'Américain lâchera même Froome à quelques mètres de l'arrivée. Arrivé 36 secondes après Romain Bardet, l'Américain fait forte impression et endosse donc logiquement le maillot de leader, avec 18 secondes d'avance sur Inxausti et 20 sur Bardet. 

Pas de coup double donc pour Bardet comme Bernard Thévenet (directeur de la course) l'avait fait, 40 ans plus tôt, sur ces mêmes routes, pour s'emparer d'un maillot jaune porté par Eddy Merckx en personne. Le jeune Français peut toutefois se féliciter de cette première grande victoire pour lui, il en est conscient : "C'est la plus belle victoire de ma carrière." Une victoire pleine de panache qui donne le ton à un mois des étapes montagneuses du Tour de France. Mais avant cela, il reste trois étapes sur ce Dauphiné, trois étapes de montagne, dont l'étape reine de samedi (6 cols, 5 de 1ère catégorie). Des étapes qui devraient continuer de nous donner des indications quant aux favoris. S'il ne faut pas s'alarmer à quelques semaines du Tour (Nibali l'année dernière avait remporté le Tour après un mauvais Dauphiné), nul doute que la bagarre fera rage parmi les prétendants au classement général...à commencer par Romain Bardet ! Replacé après ce raid solitaire, il prévient : "Je serai opportuniste". Après la démonstration d'aujourd'hui, on a hâte de voir la suite... #Cyclisme