Pays organisateur de l'Euro 2016, la France a connu une année de matchs amicaux pour le moins contrastée.

En 10 rencontres disputées depuis le mois de septembre dernier, le bilan final des Bleus, 5 victoires, 2 nuls, 3 défaites, a été dégradé par un printemps raté dans les grandes largeurs.

Septembre/Octobre : L'euphorie de la Coupe du Monde

Sur la lancée de son Mondial 2014 réussi, où elle a seulement dû admettre la supériorité du futur vainqueur allemand en quarts de finale, la France a parfaitement géré sa rentrée.

Le 4 septembre dernier, elle enregistre une belle victoire de prestige, contre une sélection espagnole encore traumatisée par sa campagne brésilienne (1-0).

Elle se déplace ensuite en Serbie, où Didier Deschamps mise sur une équipe remaniée.

Publicité
Publicité

Solides, les coéquipiers d'Hugo Lloris se font néanmoins rejoindre à 10 minutes du terme, pour finalement concéder le nul 1-1 à Belgrade.

Le mois d'octobre est le cadre d'un autre test grandeur nature. Les Bleus reçoivent le Portugal de Cristiano Ronaldo. Auteurs d'une prestation convaincante, ils l'emportent 2 buts à 1, grâce à des réalisations de Karim Benzema et Paul Pogba.

Quelques jours plus tard, en Arménie, l'équipe de France se fait plaisir et ramène un succès sans appel (3-0).

Un mois de novembre plus laborieux 

Le 14 novembre 2014, à Rennes, la sélection accueille l'Albanie.

Dans un système à 2 attaquants, Alexandre Lacazette et Karim Benzema ont dû mal à s'accorder. Menés par les visiteurs, les Bleus arrachent le match nul 1-1 grâce à Antoine Griezmann, auteur d'un superbe mouvement individuel.

Publicité

4 jours plus tard, dans le nouveau stade Vélodrome de Marseille, la France domine mais peine à trouver la faille face à une Suède privée de Zlatan Ibrahimovic.

Varane trouve finalement l'ouverture la 83ème, avant que Benzema ne manque un penalty, qui aurait permis de donner plus de relief à cette victoire 1-0.

Un printemps à oublier

Le 26 mars 2015, la France reçoit un Brésil en pleine reconstruction. A Saint Denis, Nabil Fekir fête sa première sélection, mais n'empêche pas Neymar et les siens de se balader.

Plus forts dans tous les compartiments du jeu, les auriverde l'emportent logiquement 3-1.

Le 29 mars, cette première alerte sera néanmoins effacée par les remplaçants à Geoffroy Guichard, Lacazette et Giroud permettant aux Tricolores de gagner 2-0 face au Danemark.

Considérée comme inutile, car intervenant après la fin des championnats et de la finale de la Champions League, la tournée de juin va s'avérer cauchemardesque.

Le Stade de France est d'abord témoin de la démonstration belge.

Publicité

Les Bleus s'inclinent 3-4, mais le score est flatteur, suite aux réductions du score tardives de Fekir et Dimitri Payet.

Pour la première fois depuis 1982 (et une rouste 0-4 contre la Pologne), la France encaisse la bagatelle de 4 buts à domicile.

Mécontent après cet échec, Didier Deschamps ordonne à son vestiaire une réaction immédiate en Albanie.

Mais, comme en novembre, les coéquipiers de Lorik Cana posent d'énormes problèmes aux Français, logiquement vaincus 1-0 après un superbe coup franc direct de Kaçe.

Si la saison a commencé de façon prometteuse, les récentes sorties de route placent le sélectionneur dans une position inconfortable, 1 an à peine avant le match d'ouverture de l'Euro 2016, lors duquel l'équipe de France n'aura plus le droit à l'erreur. #Football #PSG #OL