10. Comme le nombre de titre de champion de France 

10. Comme le nombre de Coupe de France 

3. Comme le nombre de Coupe de la Ligue  

3. Comme le nombre de Trophée des champions 

1. Comme le nombre de Ligue des Champions  

1. Comme le nombre de club ayant remporté la Ligue des Champions en France 





Depuis ce fameux 26 mai 1993, il s'en est passé des choses, bonnes ou mauvaises. Les révélations sur le match #OM-VA déclencheront un véritable scandale jusqu'à précipiter le club en Ligue 2. Et pourtant, l'OM est toujours là, dans le haut du tableau de la Ligue 1, certes sa place lui a été chipée par un club venu du Qatar, le Paris St-Germain, mais l'institution qu'est l'Olympique de Marseille reste belle et bien présente. On pourrait parler de cette finale mythique pour nous, Marseillais. On pourrait également parler de ces joueurs légendaires : Basile Boli, Carlos Mozer, Abedi Pelé, Eric Di Meco, Chris Waddle, Josip Skoblar, Jean-Pierre Papin ou encore Didier Deschamps…Les citer tous prendrait bien trop de temps. 


On pourrait alors parler de l'arrivée de Robert-Louis Dreyfus à la tête de l'OM. On pourrait aussi parler de ces dix-sept années de malheur où l'OM ne remporte plus un titre, mis à part la Coupe Intertoto. Justement, on pourrait aussi parler de cette confrontation face à la Corogne, soldée par un incroyable 5-1. On pourrait parler du retour de Deschamps à l'OM, comme entraîneur cette fois, et de son titre de champion.  

Enfin, on pourrait parler de l'arrivée de Vincent Labrune à la présidence de l'OM. Et c'est d'ailleurs de ça que l'on parlera. En effet, après quatre ans de gouvernance, il est grand temps de faire un bilan pour cet homme qui était alors totalement inconnu du public jusqu'à son arrivée. 


1. Comme le nombre de titre remporté par l'OM depuis l'arrivée de Vincent Labrune : une Coupe de la Ligue.  0. Comme le nombre de titre de champion de France depuis l'arrivée de Vincent Labrune. Coïncidence? Probablement pas. Le bilan parle pour lui-même. Alors certes, il faut souligner l'incompétence de Jean-Claude Dassier lors de ses deux saisons passées à Marseille, avec des prolongations de contrat aux salaires exorbitants et des prix de transfert très élevés. Mais Vincent Labrune a quand même une grosse part de responsabilité dans ce bilan. Il s'est souvent refugié derrière les erreurs d'arbitrages (à raison), ou encore un contexte économique délicat, mais les supporters marseillais s'en fichent. Ce qu'ils veulent, c'est des résultats. Des trophées, des frissons, de la joie, du jeu. Hors, depuis 4 ans, malgré quelques promesses, les supporters ont passé plus de temps et se lamenter et à manifester leur colère qu'à s'amuser devant leur club. L'an dernier, Marcelo Bielsa, et seulement Marcelo Bielsa, aura donné envie aux supporters. Aura fait chavirer toute une ville. La saison prochaine, cela fera deux ans que l'OM n'a plus goûté au parfum de la Ligue des Champions. 

Et pourtant, rappelez de la première déclaration de Vincent Labrune à son arrivée au club : « Par rapport à l'effectif actuel, on a l'ambition d'être champions. » Résultat, l'OM terminait 10ème! Le problème est que depuis l'arrivée du natif d'Orléans à la tête du club, l'OM n'a cessé de changer d'entraîneur, de joueurs et de projet. Peu de stabilité. Qui dit peu de stabilité dit peu de stabilité dans les résultats. 


Gaby Heinze. César Azpilicueta. Stéphane M'Bia. Loïc Rémy. Mathieu Valbuena. André Ayew. André-Pierre Gignac. Ces joueurs ont comme point commun d'avoir quitté l'OM sous l'ère Labrune. Tous étaient des leaders de terrain et de vestiaire. A vouloir trop chambouler l'effectif et recruter ses propres joueurs, Labrune s'est attiré les foudres de tout un peuple. Il avait annoncé devoir vendre les meilleurs joueurs, ce qui fut le cas mais, en échange, il recrute des jeunes joueurs à des tarifs exorbitants (Thauvin 15 M €) ou d'autres à des prix moindres (Sougou, Khalifa, Kadir, Abdallah) mais devenus des flops et têtes de turcs du Vélodrome.   #Marseille sport

Qualifié de très bon gestionnaire à son arrivée, Vincent Labrune a pourtant multiplié les bourdes et erreurs de casting. Dernières en date : les départs libres de Gignac et Ayew. Prochains sur la liste : les départs libres en 2016 de Mandanda et N'Koulou


Avec son « projet Dortmund », l'Olympique de Marseille devait retrouver les sommets de la Ligue 1 et de l'Europe avec les futurs grands joueurs de demain. Il n'en est rien. Les soi-disant futurs grands joueurs de demain ont plutôt intérêt à se remettre à question et à tout simplement jouer au #Football au contraire de squatter les boîtes de nuit et faire la course sur l'autoroute tandis que le responsable de l'OM depuis 4 ans doit prendre la bonne décision et ne plus se cacher. José Anigo l'a compris et a quitté l'OM de lui-même, et ce malgré les pressions des supporters. Vincent Labrune doit comprendre qu'il n'a pas été à la hauteur du club et de ses valeurs et doit dans ce cas laisser poliment la main s'il ne veut pas vivre le cauchemar qu'a vécu José Anigo lors de sa dernière saison. 


Les supporters s'en sont rendu compte, l'OM perd chaque année ses meilleurs joueurs et prend la fâcheuse habitude de faire parler de lui dans le mauvais sens. L'ère de Vincent Labrune n'est semé que de conflits : d'abord entre Deschamps et Anigo, ensuite avec la fameuse histoire du loft l'été dernier, entre le club et la mairie concernant le loyer jugé trop élevé, et enfin entre le président lui-même et Marcelo Bielsa concernant le recrutement. L'OM met à l'écart des joueurs ayant participé au renouveau du club (l'exemple Cheyrou) et l'OM les remplace par des jeunes sortis de la pouponnière et trop nonchalant par un club comme l'OM. Car rappelons-le. Marseille n'est pas comme Monaco. Marseille n'est pas comme Lyon et Marseille est loin d'être comme Paris. Marseille est l'Olympique de Marseille, non pas un club, non pas une institution, mais une légende.