Alors voilà, l'#OM finit 4ème au pied du podium. L'atmosphère qui régnait au Vélodrome après OM-Bastia était particulière : les supporters ne savaient pas si la saison était réussie ou non. Fallait-il être heureux et rendre hommage aux joueurs et à leur coach ? Ou fallait-il être déçu et frustré de ne pas avoir pu se qualifier pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions ?

En première lecture, la saison marseillaise semble être un échec. Avoir passé près de 30 journées sur le podium, dont plus de 10 sur la première place, pour finalement finir au pied de celui-ci est infiniment cruel. En outre, l'objectif affiché au début de la saison était d'accrocher cette fameuse Ligue des Champions. A cette lumière, les 42 buts encaissés et les 11 défaites concédées apparaissent comme autant de preuves d'une saison ratée.

Publicité
Publicité

Et pourtant, le fait que l'OM ait raté sa saison n'est pas si évident. Preuve en est, c'est la question que se sont posés beaucoup de supporters à la fin du match contre Bastia.

Résumer une saison à des chiffres, une absurdité

Dimanche 5 avril aux alentours de 23h, les supporters présents au Stade Vélodrome restent de longues minutes après le match pour applaudir leurs joueurs. Après une grande victoire me direz-vous ? Pas du tout. L'OM vient de perdre le Clasico et tous ses espoirs de titres. Mais les supporters, après avoir déployé un tifo magnifique à l'entrée des joueurs, les félicitent tout simplement pour leur signifier qu'ils sont fiers d'eux, fiers de les avoir vus tout donner. Cette scène est un symbole de l'année.

Les supporters phocéens sont passés par toutes les émotions au cours de la saison. Scepticisme après un départ raté (1 point en deux matchs).

Publicité

Engouement et excitation avec la série de 8 victoires consécutives en championnat et de 11 victoires successives à domicile. Exaspération après les 4 défaites consécutives en avril, voire énervement après la défaite 5-3 à domicile contre Lorient. Espoir après la victoire contre Monaco. Et finalement un mélange de frustration et de fierté après le dernier match contre Bastia.

L'OM a pris tous les risques cette année. C'est cette prise de risque constante qui explique les nombreuses défaites et les nombreux buts encaissés mais c'est aussi cette prise de risque qui explique les 76 buts marqués (meilleur total depuis 25 ans) et les 53 000 supporters de moyenne au Vélodrome cette saison. La ferveur est revenue à Marseille cette année et c'est peut-être la plus grande des victoires.

Alors oui certains consultants viennent nous rappeler la froide réalité : « Baup, en terminant deuxième a fait mieux que Bielsa ». Mais qu'est-ce que la froide réalité et les lots de consolation viennent faire dans le monde du #Football ? On doit déjà se la coltiner tous les jours sur nos fiches de paie, nos examens, nos partiels, les plans sociaux, la misère dans le monde et tout ça… Il faudrait aussi que le foot soit polluée par elle ?

En réalité, en football, la seule émotion potentiellement plus puissante que celles offertes par El Loco et ses troupes cette saison est celle procurée par l'obtention d'un titre. Le reste n'est que chiffres, bénéfices et calculs d'apothicaire provoqués par la fastueuse Ligue des Champions.

Publicité

Ce titre, l'OM de Bielsa aura lutté pour, jusqu'à la 31ème journée. Et pour ça, il a sans doute brûlé toute son énergie. Et alors ? Ce fût une bataille épique, spectaculaire et elle valait définitivement le coup de terminer quatrième. Les joueurs ont donné du plaisir à leurs fans et, plus encore, ils leur ont donné de la fierté. La fierté de savoir qu'ils étaient représentés avec dignité.

Et ce sentiment, éprouvé ne serait-ce que l'espace de 90 petites minutes restera dans l'esprit des Marseillais immensément plus longtemps que l'obtention d'un vulgaire accessit. #Marseille sport