[LIRE LA PREMIERE PARTIE] 

La rivalité entre l'#OM et l'#OL aura atteint des sommets olympiques en cette saison 2014-2015. Avec, pour cette fois, une victoire des Lyonnais qui accrochent la 2ème place et une qualification en Ligue des Champions, qui était tant espérée par Marseille, qui devra se contenter de la « petite » Ligue Europa. L'an prochain, la bataille recommencera entre les deux olympiques aux stratégies diamétralement opposées et entre deux présidents tout deux tout aussi ambitieux mais aux moyens limités. 

L'arrivée de Jérémy Morel à Lyon et le récent intérêt de l'OL pour deux autres marseillais, André-Pierre Gignac et Nicolas N'Koulou, ne vont pas arranger les choses, loin de là, mais plutôt attiser des flammes déjà vives entre Jean-Michel Aulas et Vincent Labrune. 


En ce mois de juin, c'est le mercato qui est l'objet de toutes les discussions chez les amateurs de football, et encore plus du côté des présidents de club. Certains cherchent de l'argent à tout pris, comme le RC Lens du pauvre Gervais Martel pour ne pas déposer le bilan. D'autres veulent dépenser toujours plus comme le PSG qui attend d'être libéré des contraintes du fair-play financier. Il est donc compréhensible que le marché des transferts nourrissent tant de tensions, ou chacun cherche a défendre les intérêts de son club et de son institution. A Lyon, après plusieurs années de domination dans les années 2000 et de gros investissements (Lisandro acheté 25 M €, Kader Keita acheté 18 M €, Gourcuff acheté 22 M €...), la machine devait forcément finir par s'enrayer et les départs de plusieurs cadres comme Cris ou Juninho auront renvoyé le Roi Lyon sur terre. Depuis, afin de réduire les dettes et devenir propriétaire de son nouveau stade , Aulas a modifié sa stratégie. Il utilise plus de la moitié du budget des transferts pour son centre de formation! Qualifié de « deuxième meilleur centre de formation d'Europe » derrière le Barça, Lyon a vu éclore plusieurs grands talents, Benzema étant le plus connu. Le retour d'un ancien de la maison, Remi Garde, il y a trois ans, a entraîné le regain de forme des lyonnais. Et les jeunes n'y sont pas pour rien. Avec le retentissant échec Gourcuff, qui aura coûté près de 60 M € en cinq ans, Aulas a opté pour la stratégie la plus sage, celle des jeunes. Pari réussi puisque depuis, tout le monde a oublié les départs des cadres comme Gomis, Briand, Lloris ou Réveillère, brillamment remplacés par des Lacazette, Fekir, Lopes ou encore Umtiti très prometteurs et déjà courtisés par les plus grands. Ces prochaines saisons, il faudra suivre attentivement les trajectoires des N'Gouma, Bahlouli et Cornet, les prochains a être intégrés dans le groupe pro.  

En s'appuyant sur son excellent centre de formation et, à quelques mois de jouer la Ligue des Champions dans un nouveau stade dont il sera le propriétaire, Jean-Michel Aulas a assuré un avenir radieux à l'Olympique Lyonnais. 


L'avenir. C'est aussi sur quoi a misé Vincent Labrune. Mais d'une autre manière. En effet, alors que l'OM a tout de même déjà fait éclore des Benatia, Nasri ou frères Ayew, l'arrivée de Labrune a la présidence en 2011 fermera les portes à certains joueurs pourtant prometteurs, à l'image d'un Chris Gadi ou d'un Najib Ammari qui ont du s'exiler en Bulgarie pour exister...un peu.  

Alors que l'OM avait retrouvé la Ligue des champions lors de la première saison d'Elie Baup, Labrune, toujours désireux de réduire la masse salariale, écarte peu à peu les cadres de l'équipe : Azpilicueta, Rémy, M'Bia. Aucune plus value pour des joueurs jouant désormais à Chelsea et à Séville (M'Bia a depuis signé a Trabzonspor). En échange, Labrune promet les pépites françaises de demain à son entraîneur en misant des sommes parfois importantes sur des joueurs peu connus, destinés à incarner le fameux « projet Dortmund ». L'OM dépense plus de 50 M € au total pour des joueurs finalement moins prometteurs et moins assagis que les jeunes lyonnais. Lors de leur première saison, les Mendy, Imbula, Thauvin & co auront fait l'exploit de terminer les poules de C1 avec...0 points! 

Depuis, le rigoureux argentin Marcelo Bielsa est arrivé et semble avoir remis un peu d'ordre. Avec notamment des surprises a l'image de Baptiste Aloé et Stephane Sparagna, jeunes joueurs du centre de formation de l'OM. En y mettant un peu de moyens, le centre de formation olympien n'est peut être pas si nul que ça?! 


Pour lutter face aux investisseurs étrangers du PSG et de Monaco et continuer à jouer les premiers rôles en #Ligue 1, les deux olympiques ont donc mis en place deux projets sensiblement opposés. Et il faut dire que la saison écoulée à plutôt donné raison à la politique lyonnaise, plus cohérente au niveau sportif et économique. Mais avec la prolongation d'un fantasque Bielsa certainement revanchard, la prochaine saison offrira sans aucun doute son habituel lot d'épisodes à rebondissements et les compteurs seront remis à zéro.  

Alors, qui de l'Olympique d'Aulas ou de l'Olympique de Labrune triomphera la saison prochaine ?



Tous a vos claviers ! Qui adopte la meilleure stratégie ? Qui finira devant l'an prochain ? A vous de décider !