Si selon la plupart des sondages, les Parisiens et plus généralement les Français sont favorables à l'organisation des Jeux Olympiques dans la capitale, certaines voix s'élèvent pour dire non à Paris 2024, notamment au niveau politique. Principal argument des anti-JO, le coût d'un tel rendez-vous.



Jean-Luc Mélanchon s'oppose à Paris 2024



Ce mardi, Jean-Luc Mélanchon est d'ailleurs monté au créneau : "Ça représente des dépenses considérables, un haut niveau d'endettement. Ce sont de grands travaux inutiles". L'ancien candidat à l'élection présidentielle pour le Front de Gauche prend l'exemple de la Grèce, qui porte aujourd'hui encore les séquelles de l'organisation des Jeux Olympiques à Athènes en 2004 : "Je me permets de faire remarquer que la Grèce a eu la sottise, sous un gouvernement de droite, d'accueillir les jeux Olympiques. Aujourd'hui, on peut visiter des ruines remplies d'herbes des stades et des hôtels, ce qui n'a pas peu contribué à l'endettement stupide de la Grèce".

Publicité
Publicité

Danielle Simonnet, secrétaire générale du Front de Gauche, insistait d'ailleurs dans le journal Métro sur les conséquences économiques de l'accueil des JO à Paris : "Sous leur forme actuelle, les Jeux sont ultra-coûteux et servent des intérêts privés. Au final, ce sont les citoyens qui payent la facture de grosses installations qui ne répondent pas à leurs besoins. Celles-ci sont construites au détriment des équipements sportifs de proximité dont Paris a bien besoin". Le parti a d'ailleurs lancé une pétition en ligne pour le boycott des Jeux, mais qui jusqu'à présent ne suscite pas un réel enthousiasme (1056 signatures à ce jour en quatre mois).



Les Verts aussi sont contre



Un avis partagé par le groupe Europe Écologie Les Verts qui craint de son côté "certains impacts néfastes majeurs" au niveau environnemental.

Publicité

Il y a quelques mois, les élus EELV au Conseil de Paris s'étaient prononcés contre cette candidature, dénonçant le coût important occasionné par le projet, ainsi que l'absence d'une consultation citoyenne : "Nous, écologistes, nous pensons que la priorité pour les Parisiennes et les Parisiens n'est pas aujourd'hui de nous engager dans l'aventure aussi incertaine que coûteuse des Jeux Olympiques", expliquait à cette occasion David Belliard, le coprésident du groupe, préfèrant l'Exposition Universelle pour laquelle Paris s'est positionnée en 2025, "plus durable, plus étalée dans le temps, sollicitant ainsi moins les infrastructures locales, et plus à même de s'intégrer dans la politique touristique de la Ville". Fin 2014, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale des Verts, soulignait déjà les conséquences environnementales possibles d'un tel évènement : "Le problème des JO, c'est que c'est beaucoup de peinture verte sur des jeux pas très écolos". #Jean-Luc Mélenchon #Paris sport #Jeux Olympiques 2024



Reste que les voix qui s'élèvent pour dire non aux Jeux Olympiques à Paris sont rares et peinent à se faire entendre. Sur les réseaux sociaux, l'enthousiasme prend également le pas sur les opposants à la candidature parisienne. Quelques groupes Facebook appelant à dire non à Paris 2024 ont vu le jour, mais il ne rassemblent, pour les plus visible, guère plus de 300 followers.