« J'étais avec deux amies vendredi dernier, et on sortait d'un restaurant. Quatre mecs nous regardaient, ils nous ont demandé des cigarettes, mais je sentais que ce n'était pas que pour ça. »

C'est vendredi 26 juin que l'agression a eu lieu dans la ville d'Amiens. Vendredi dernier la nageuse Mélanie Hénique, deux fois championne de France au 50 mètres papillon a décidé de porter plainte contre ses quatre agresseurs.

Un acte lâche et gratuit

Opérée mardi suite à ses blessures, la nageuse témoigne de la violence dont elle et ses amis ont été les victimes :

« On allait repartir mais ils ont commencé à nous insulter et tout s'est enchaîné très vite. Un des gars nous a bloquées, je n'ai rien vu venir, le mec m'a frappée, j'étais complètement sonnée, je ne sais pas ce qu'il s'est passé après, j'ai vu mes amies par terre. Après on est allé aux urgences.

Publicité
Publicité

»

La médaillée mondiale s'en tire avec un nez cassé. Son état de santé ne lui permet pas d'être présente ce week-end à l'Open de France qui se tient à Vichy.

La championne a déclaré forfait pour l'Open de France

En pleine préparation physique pour les prochains championnats du monde qui se dérouleront à Kazan en Russie au début du mois d'août, Jacques Favre, le directeur technique national de la Fédération française de natation, s'inquiète plus pour son état psychique que physique :

« Mélanie va bien, on a voulu jouer la carte de la discrétion parce que c'est une affaire personnelle. Elle va très bien, elle récupère à Marseille. Elle va reprendre l'entraînement, je pense, dès lundi... c'est problématique psychiquement, c'est assez complexe pour elle. Mais, physiquement, pas de choses dramatiques. On va essayer de la faire nager avec un masque, sûrement, on va trouver des systèmes...on va essayer de l'encadrer un peu plus, de la soutenir. Nous, on pense à elle, on essaie de faire en sorte d'être avec elle dans ces moments compliqués. »

Elle dénonce publiquement cette violence homophobe

La nageuse était en week-end chez sa famille dans la préfecture picarde d'où elle est originaire, quand les faits se sont déroulés.

Publicité

Aujourd'hui retournée à Marseille, ville où elle a élu domicile il y a plusieurs mois, Mélanie Hénique a voulu rendre sa plainte publique. Même si elle reste très discrète sur sa vie privée, la jeune femme assume entièrement être homosexuelle, et dénoncer cet acte en le rendant public et servi par sa notoriété, représente pour elle un devoir civique:

« C'était un devoir pour moi de rendre publics ces faits, non pas pour parler de moi mais ne serait-ce que pour aider tout ceux qui n'osent pas porter plainte. Ça arrive trop souvent »

En 2013, Amiens élue ville la plus engagée contre l'homophobie

La région picarde et son ancrage politique de plus en plus favorable à l'extrême droite, revient fréquemment dans les faits divers pour des actes de règlements de compte racistes et homophobes.

Pourtant, en 2013 la ville d'Amiens était élue ex-aequo avec Paris, ville la plus engagée contre l'#Homophobie, selon une enquête réalisée sur la lutte contre les discriminations.

Souhaitons à Mélanie Hénique une récupération totale afin qu'elle puisse disputer dans les meilleures conditions les prochains mondiaux en Russie.

Publicité