Le mercato aura débuté de la pire des manières, avec des départs en pagaille, mais il ne faut en aucun cas oublier ceux qui sont venus garnir les rangs olympiens ce été. Portraits. 


Yohann Pelé : le succès après les moments difficiles

Lorsque l'on est joueur de foot et que l'on s'appelle « Pelé », il est rare que l'on puisse faire carrière sans que l'on parle du vrai Pelé, le Brésilien, le seul et l'unique Pelé. Pourtant, Yohann Pelé n'a pas ce genre de problème. En effet, le poste de gardien de but est différent de tout les autres. Mais Yohann Pelé tout de même souvent été attendu au tournant.

A ses débuts au Mans, Pelé est désigné comme le digne successeur de Fabien Barthez en équipe de France. Et il y avait de quoi y croire. Surnommé « l'Albatros » de par sa grande taille et sa détente, Pelé ébloui la #Ligue 1 et contribue au succès du Mans. Et forcément, il attise la convoitise et signe à Toulouse en 2009 pour franchir un palier.

Un an plus tard et une vingtaine de matchs après, coup du sort. Pelé est déclaré inapte au #Football, et pour cause : il souffre d'une embolie pulmonaire et ne peut continuer son métier de footballeur. Durant 2 ans alors, Pelé s'accroche comme il peut, espère pouvoir s'en sortir et tout simplement rejouer au football. Sa persévérance finira par payer et Pelé arrivera finalement à convaincre le médecin de revenir. Cependant, son club, Toulouse, ne l'entend pas de cette oreille et refuse de lui payer son salaire, lui proposant seulement un contrat dans la formation des gardiens. Une décision que l'Albatros a logiquement du mal à accepter. L'histoire entre Toulouse et Pelé se terminera au conseil des prud'hommes. 

Sans le sou, Pelé ne vit plus qu'avec ses économies qu'il avait accumulé intelligemment, en attendant un coup de fil d'un club. Ce sera à Sochaux qu'il rebondira, en 2014. Il n'empêchera pas le club du Doubs de descendre en Ligue 2 mais aura eu le mérite de faire parler de lui. Après une nouvelle année avec Sochaux, en Ligue 2 cette fois, Pelé s'apprêtait a signer a Bastia avant de se raviser et de rejoindre l'#OM. Assûrement l'assurance d'un bon salaire malgré un statut de doublure. Sa venue est avant tout due à ses relations avec l'entraineur des gardiens Stephane Cassard.

Pelé risquera de s'assoir sur le banc chaque weekend, avec l'indétronable Mandanda devant lui. Mais qui sait, après tout ce qu'il a traversé, pourra t'il envisager être titulaire à l'OM en 2016 après le départ de Mandanda ? Et enfin lancer une carrière vers les plus grands clubs européens lui étaient promis ?

Karim Rekik : l'Animal



Déjà, en 2014, Labrune avait tout fait pour récupérer Karim Rekik à Manchester City. 
« J'ai passé 2 mois de ma vie à harceler Karim Rekik et son agent », disait d'ailleurs Labrune en septembre. Les supporters olympiens ont connu le natif de la Haye par Bielsa, qui voulait le voir a la place de Doria l'an dernier. Mais le néerlandais est un homme de parole. Il avait promis au PSV Eindhoven de rester et a tenu cette promesse. 


Arrivé à 16 ans a Manchester City, Rekik est ambitieux mais pas encore confirmé pour le club de Manchester. Il se révélera au pays, à Eindhoven, en formant une solide charnière avec son compatriote Bruma, durant 2 ans. A Marseille, Rekik veut franchir un cap dans sa jeune carrière et se révéler dans un championnat plus observé. Du haut de ses 1m85, Rekik apportera de la taille dans la défense de l'OM, une relance parfaite et une agressivité qui devrait plaire aux supporters, d'ou son surnom « l'Animal ». 


Georges-Kevin Nkoudou : il devra apprendre à défendre



Né à Versailles en 1995, Georges-Kévin Nkoudou a, comme Dja Dje Dje ou encore Imbula, supporté le PSG dans son enfance. Jusqu'à faire quelques essais au club de la capitale, sans succès. C'est à Nantes qu'il sera formé. Sans vraiment le temps d'en terminer sa formation après l'offre de 1,5 millions d'euros de l'OM. A Nantes, il était avec Veretout celui qui pouvait aller le plus loin, avec un talent évident, mais une efficacité peu évidente pour un ailier avec seulement 3 buts en 40 matchs chez les Canaris. 


A Marseille, il devra s'accrocher. Surtout avec Bielsa. Malgré une pointe de vitesse très intéressante, Nkoudou rechigne à défendre, mais devra s'y faire avec El Loco. Il devra surtout convaincre les supporters de l'OM, perplexes sur son recrutement, son agent étant Meissa N'Diaye, grand ami de Labrune et également agent de Mendy et Batshuayi. 
Il est vrai qu'a seulement 20 ans, Nkoudou a le temps, même si à Marseille, le temps ne sera pas forcément de son côté. A lui de s'inspirer des bons espoirs et belles performances de ses copains Mendy et Batshuayi. 


Lucas Ocampos : de retour, définitivement !



Les supporters olympiens le connaissent déjà, l'Argentin ayant été prêté 6 mois en janvier dernier. Mais le supporters n'ont pas vraiment pu mesurer le potentiel du jeune homme, avec très peu d'apparitions et un seul coup d'eclat, à la dernière journée du championnat avec une chevauchée et un but fantastique face à Bastia. 
Cette fois, Ocampos revient a l'OM dans le cadre d'un transfert définitif de Monaco, coutant 7 à 8 millions d'euros. A seulement 21 ans, Ocampos est déjà observé par de grands clubs européens : Liverpool, la Juventus ou encore la Fiorentina pour ne citer qu'eux. 


Formé à au mythique club argentin de River Plate, Lucas Ocampos est devenu le joueur le plus cher de Ligue 2 en signant à Monaco pour 11 millions d'euros à seulement 18 ans. A River, les supporters ont pleuré son départ, le départ d'une pépite comparée à Cristiano Ronaldo. Surnommée « Luquitas », Ocampos pourrait être repositionné par Bielsa cette saison, au poste de numéro 9.

Un poste pas totalement inconnu pour Lucas, qui a déjà joué attaquant de pointe en Argentine. Très apprécié des supporters, de Marcelo Bielsa et de ses coéquipiers, Lucas Ocampos n'a plus qu'à confirmer et devenir plus régulier avant d'être appelé, avec certitude, en équipe nationale d'Argentine d'ici 3 ans.