Un peu d'histoire

Historiquement le Parkour a toujours existé mais c'est dans les années 90 qu'il a ainsi été nommé à Paris par David Belle. En effet son père, Raymond Belle était pompier de Paris et devait donc réaliser le parcours du combattant, il a transmis ses connaissances à son fils qui l'a nommé Parkour et a ainsi appeler traceurs les personnes qui le pratiquent.

 

On peut définir le Parkour comme l'#Art du déplacement, c'est de se déplacer d'un point A à un point B le plus rapidement et efficacement possible.

Une pratique en évolution

 En effet, il y a 5 ans le but était de faire le plus grand saut possible, aujourd'hui, c'est plus la technique qui prime.

Publicité
Publicité

Il faut bien faire la différence entre le Parkour et le Free Runing car l'un est l'art du déplacement efficace et l'autre fait référence au Parkour embellie avec des acrobaties. Plus le niveau du sportif augmente et plus le traceur peut mélanger plusieurs styles comme le Parkour, la gymnastique, la danse ou encore les arts martiaux.

Se former : ou et comment ?

En France il n'y a aucune école de Parkour à proprement parlé mais il existe beaucoup d'associations. Les personnes qui créent ces associations ont déjà un certain niveau, ce qui leur permet de transmettre leurs compétences acquises. Le Parkour c'est un peu comme de la philosophie. C'est à dire qu'en philosophie on est amené à parler de la séparation entre le corps et l'esprit, et bien en Parkour on retrouve la même théorie, le corps peut faire un saut de deux étages mais l'esprit lui peut ne pas être prêt.

Publicité

Il ne faut jamais faire abstraction de l'un ou de l'autre pour pratiquer en sécurité. C'est un sport mais c'est aussi une philosophie de vie.

 

Focus sur une association de Lorraine

Thomas Fabry est le président de l'association Lorraine Parkour Family, crée il y 3 ans. Il explique que le Parkour se pratique dehors et s'apprend dans la rue, c'est pourquoi il faut connaître ses propres limites et ne pas aller au-delà sans l'aide de personnes plus expérimentées. Il faut commencer par les bases pour progresser en toute sécurité. Selon lui, mieux vaut commencer à l'adolescence avec des personnes expérimentées en connaissant ses propres limites.

 

"C'est un sport assez mal connu et souvent catégorisé comme un sport de "fou" mais le Parkour est un sport dans lequel, les participants développent certaines valeurs comme le respect, l'entraide, l'échange, la transmission de ses connaissances ou bien encore se connaître soi même. C'est plus qu'un sport c'est un art." déclare-il.

L'association participe à divers événements comme des journées d'initiation, des animations pour les centres aérés ou les entreprises.

Publicité

Elle s'est également rendue au rassemblement de la Fédération Française de Parkour.

 

Un sport en quête de reconnaissance

Dans le Parkour, il n'y a pas de compétition avec les autres, le principe est de se surpasser, la compétition se fait avec soi même.

 

On ne peut pas vraiment parler de possibilité de carrière dans le sens strict du terme parce que c'est un sport en plein essor. Ce que recherchent les participants, c'est que le Parkour soit reconnu comme un sport . C'est ce qu'a réussi à faire M. Fabry en Lorraine grâce à la création de son association. Ce qu'ils attendent maintenant c'est une reconnaissance à un plus haut niveau. #Jeunesse