Dés qu'un matériel, un produit ou même une loi permettent de défendre les intérêts et la santé de nos chevaux, je n'hésite pas une seconde à essayer d'en faire part au plus grand nombre. Bien entendu il ne s'agit que d'un point de vue et je me garderais bien de trancher dans le vif. C'est ainsi que j'avais écrit dans une de mes chroniques pour Blasting News, il y a peu, un article concernant l'interdiction des rênes allemandes par la fédération suisse d'équitation, et également un point de vue à propos du ferrage. Aujourd'hui je tiens à parler du mors en titane.

 

Il y a quelques mois de cela, la société Onemors m'a fait parvenir un mors Lorenzini simple brisure en titane, de manière à effectuer un essai longue durée, sachant que je me prépare à une randonnée avec ma jument Maïka, qui devrait m'amener depuis l'Algarve, au sud du Portugal, jusqu'au Haras du Pin en Normandie.

Publicité
Publicité

Autant parler de "test grandeur nature". Ce choix ne m'a pas été imposé, mais tout simplement conseillé par la responsable de l'entreprise, cavalière de compétition de haut niveau.

 

La première sensation étrange que l'on éprouve au contact d'un tel mors concerne le poids : aussi léger qu'un mors creux, moitié moins lourd que l'acier et d'une solidité comparable à celle d'un mors plein. Il s'agit de critères bien engageants, à première vue. Et là ne s'arrête pas la liste des points forts de ce produit au sujet duquel j'affichais un certain scepticisme. Au toucher, le matériau s'avère très doux, aucune comparaison avec la froideur d'autres métaux. À noter aussi que le titane a la propriété de garder une température constante, quelque soient les aléas climatiques.

 

Ce matériau est biocompatible, c'est à dire qu'il est particulièrement adapté aux contacts avec les muqueuses, il est antibactérien et ne génère pas d'ondes magnétiques.

Publicité

La salivation accrue qu'il provoque permet une décontraction optimale du cheval. J'ai d'ailleurs à ce sujet remarqué que ma jument mastiquait beaucoup moins son mors en titane, que ceux fabriqués en d'autres matériaux. Cela limite par voie de conséquence le bruit du cliquetis propre aux mors classiques en métal. On imagine donc à quel point le cheval doit apprécier ce silence.

 

Mais la technologie a un coût. Même si le produit, à mon avis, est intéressant à plus d'un titre, il n'en demeure pas moins un article dont le prix n'a rien à voir avec un mors classique. Par contre sa durée de vie sera à la hauteur du matériau, c'est à dire quasi illimitée. Il est intéressant de constater à quel point le monde du cheval participe directement ou indirectement à l'évolution technique de certaines applications. La compétition de haut niveau n'y est pas étrangère, comme c'est le cas dans nombres de disciplines sportives.

 

Il faut espérer que la diffusion efficace au plus grand nombre fera baisser les coûts de production et que cette baisse aura des implications sur le prix de vente de ces articles en titane.

Publicité

Tous les chevaux méritent de profiter de ces évolutions. D'aucuns préféreront le mors traditionnel en inox, celui en caoutchouc, en sensogan, en cuir ou en résine. Alors que d'autres opteront pour monter sans aucun mors et vont privilégier l'utilisation du hackamore dont je parlerai prochainement sur Blasting News. Le mors en titane a de beaux jours devant lui. Et la bouche de nos chevaux mérite le meilleur.

  #Animaux #Hippisme #Equitation