Il n'est pas le plus grand, mais il est bon de la tête. Il n'est pas le plus beau, mais on l'aime.

 

Bon c'est vrai que lorsqu'il débarque à la Real Sociedad à l'âge de quatorze ans, ça n'est encore qu'un gamin qui se cherche un peu. Alors il arbore tantôt une crête blonde décoloro-gominée, tantôt un fin duvet étoffé de trois poils qui s'entremêlent pour évoquer une moustache. Mais Grizou est loin d'être bête et comprend vite qu'il n'a pas le charisme d'un Ibra, le physique d'un Ronaldo ou le génie d'un Messi. Il décrète donc qu'il redeviendra normal, le p'tit gars simple, celui qui aime jouer au foot. Il arrache sa perruque, achète un Bic triple lame spécial peaux sensibles et, comme par enchantement, ça n'est qu'au moment où il redevient monsieur tout le monde qu'il apparaît aux yeux de tous comme définitivement spécial

 

Aujourd'hui, il affole tous les compteurs.

Publicité
Publicité

Le mâconnais de vingt-trois ans est entré dans une autre dimension. Il est devenu un joueur rare, de la trempe de ceux capables de tirer vers le haut tout un groupe, d'en être le fer de lance. Généreux dans l'effort, il sait aussi être décisif et l'a prouvé en Champions League cette saison avec l'Atletico à plusieurs reprises, et contre la crème de l'Europe s'il vous plaît. Ses deux buts face à l'Eire laissent présager - en tripotant un peu de bois - qu'il compte bien réitérer l'exploit avec l'équipe de France et nous traîner jusqu'à la finale, le 10 Juillet prochain.

 

Les Colchoneros l'adulent, son entraîneur Diego Simeone le hisse dans son top trois des meilleurs joueurs de la planète, et d'après l'observatoire du #Football PMU, il est le Bleu préféré des Français avec 59% d'opinions favorables, contre par exemple seulement 18% pour le mancunien Anthony Martial.

Publicité

Au-delà de ses performances sportives de très haut niveau, le monde entier apprécie grandement le bonhomme.

 

Peut-être fait-il cogiter Deschamps qui pourrait songer, pour la suite des opérations, à lui donner les clés du jeu en le positionnant en soutien d'Olivier Giroud dans son rôle de coeur de deuxième attaquant. Hum, c'est pas le genre de la maison. En cours de jeu, c'est en revanche très loin d'être impossible.

 

Continue comme ça mon petit, et en fin d'année, les deux extraterrestres sentiront ton souffle chaud dans leur cou dans la course au Ballon d'or

 

Pas de Lewandowsky au Real

Higuain au Bayern ? #Athletico Madrid #Equipe de France