Hatem Ben Arfa qui signe au #PSG, c'est une excellente nouvelle pour la #Ligue 1. Peut-être moins pour le joueur et le club de la capitale. Son talent est indéniable, mais l'enfant prodige a quelques cadavres dans le vestiaire. On peut même parler de beau gâchis lorsqu'on jette un coup d'oeil dans le rétroviseur pour s'apercevoir que ni l'Olympique lyonnais, ni l'Olympique de Marseille, ni Newcastle United n'a jugé bon de retenir celui qu'on a longtemps considéré comme l'un des plus grands espoirs du #Football Français.

 

Une réticence symptomatique des problèmes de comportement d'Hatem Ben Arfa, notamment face au manque de temps de jeu.

Publicité
Publicité

Il n'en a pas souffert l'an dernier à Nice sous l'aile de Claude Puel. Le coach des Aiglons est parvenu à canaliser la pépite en organisant l'équipe autour de lui. Puel a frotté la lampe et a offert au génie qui en est apparu la chance de réaliser enfin sa première saison véritablement aboutie à l'âge de 29 ans. Mais qu'en sera t-il à Paris quand on l'aura flanqué sur une aile ou pire, sur le banc de touche ?

 

La concurrence sera coriace, et si Ben Arfa veut s'imposer en tant que titulaire indiscutable au sein du groupe, il lui faudra prendre sportivement le dessus sur des Pastore, Lucas ou d'éventuelles recrues estivales. On connaît parfaitement l'aisance du garçon balle au pied, mais saura t-il s'imposer dans un effectif de cette qualité, à un poste où il ne possédera plus les clés du jeu ? Sera t-il au niveau de la Champions League ? Supportera t-il de n'être qu'un parmis tant d'autres, de ne plus être la star de l'équipe, voire relayé dans un rôle de joker de luxe ?

 

Aujourd'hui, l'enfant terrible a pris du plomb dans la tête mais reste psychologiquement fragile, et pourrait bien retomber dans ses travers s'il n'était pas coaché et encadré correctement.

Publicité

Il semble toutefois avoir les faveurs de son nouvel entraîneur Unai Emery, qui n'est pas étranger à son arrivée soudaine. Hatem Ben Arfa aura probablement sa chance : à lui de savoir la saisir, et de nous régaler.

 

Laurent Blanc : de l'imposture à l'indécence

Griezmann frappe fort, l'Eire de rien