Si le mercato estival ne se termine que le 31 août prochain, le #PSG n'a pas encore réussi à recruter la star médiatico-sportive censée prendre la place de Zlatan Ibrahimovic, faisant d'Hatem Ben Arfa sa recrue phare de l'été. Le club parisien a-t-il pour autant fait le bon choix avec l'ancien Niçois ?

Un choix sportif discuté et discutable

 Sur le plan financier, l'arrivée d'Hatem Ben Arfa semble être une bonne affaire pour Paris. Recruter l'un des meilleurs joueurs de Ligue 1 et l'un des principaux artisans de la belle saison des Aiglons l'an dernier, et ce gratuitement, ne serait être autre chose qu'un bon coup. Cependant, certaines questions se posent quant au choix purement sportif.

Publicité
Publicité

Certes, le natif de Clamart a flambé la saison dernière, montrant qu'il n'avait rien perdu de ses qualités techniques malgré quatre saisons compliquées en Angleterre, marquées par des blessures et des désaccords avec ses coachs, sans oublier les six mois suivants sans club. Malgré tout, Qatar Sports Investment n'a pas racheté le Paris Saint-Germain dans le but d'écraser la Ligue 1 mais bel et bien de remporter la Ligue des Champions, juge de paix du club francilien et gage de rayonnement international. Or, Hatem Ben Arfa n'a plus disputé cette compétition depuis la saison 2009-2010 avec l'Olympique de Marseille et aucune référence ne peut donc nous permettre d'envisager que l'international français sera une plus-value pour le PSG sur la scène européenne.

Un état d'esprit désormais irréprochable ?

Le #Football ne se résume pas qu'à un empilement de stars à la technique irréprochable et reste avant tout un sport collectif où l'esprit de groupe demeure un élément essentiel pour réussir.

Publicité

C'est certainement dans ce domaine que les plus grosses interrogations demeurent. Avant son expérience niçoise, la France avait gardé de Ben Arfa l'image d'un gamin techniquement doué mais capricieux, gâchant ainsi un talent certain par son individualisme et son manque de maturité, ce qui lui avait par ailleurs coûté sa place en équipe de France.

Son passage à Nice n'a pas effacé tous les doutes mais a permis de voir un joueur semble t-il plus posé, réfléchi, allant jusqu'à déclarer être capable de jouer le rôle de remplaçant chez les Bleus lors d'un Euro 2016 qu'il ne jouera finalement jamais. Mais si certains de ses rushs ont régalé le public niçois et les amateurs de football l'an dernier, ces actions ont démontré que le joueur formé à Lyon avait toujours tendance à vouloir attirer la lumière, oubliant parfois ses coéquipiers. Dans une équipe vouée à sa cause, ce type d'actions peut être pardonné, ce qui ne sera pas évident dans une équipe où il ne sera qu'une vedette parmi d'autres dans un club de plus en plus exigeant.

 Hatem Ben Arfa aura donc la lourde tâche de confirmer sa belle saison niçoise dans un grand club et montrer enfin qu'il est capable de mettre son talent au service du collectif. Au nouveau coach Unai Emery de l'aider dans cette mission. #BenArfa