C’était une grande première pour cette chaîne du groupe Altlice qui a acheté en Novembre 2015 les #droitstv d’un championnat toujours plus courtisé et onéreux. #sfr Sport 1 a ouvert son antenne ce Samedi midi, en préparation du premier match qui allait être diffusé une heure et quarante minutes plus tard, entre Hull City et Leicester City, le surprenant champion en titre.

 

Un choix justifié au vu du spectacle offert

Compte tenu des résultats et des matchs qui se sont déroulés ce week-end, on comprend mieux pourquoi la #Premier League est le championnat le plus côté et le plus populaire en Europe : une défaite (surprise ?) des Foxes de Leicester chez un promu et les débuts réussis de Pep Guardiola avec Manchester City, rien que sur la journée de Samedi.

Publicité
Publicité

Dimanche, c’est José Mourinho, le meilleur ennemi de Guardiola, qui a également remporté son premier match avec Manchester United, et pour finir, un match spectaculaire conclu sur le score de 4 à 3 pour le premier gros choc de la saison entre Arsenal et Liverpool, remporté par ces derniers. Lundi soir, c’est un derby londonien entre Chelsea et West Ham qui bouclera cette première journée qui a d’ores et déjà tenu ses promesses.

 

Oui, mais à part ça ?

Des débuts prometteurs donc, à l’image de la chaîne qui a déjà lancé trois émissions, dont deux consacrées à la Premier League, le tout avec une équipe de consultants confirmés piochés chez la concurrence : Christophe Dugarry (Canal+), Eric Di Meco et Jérôme Rothen (Bein Sports), Jean-Michel Larqué et Rolland Courbis (RMC), ou Emmanuel Petit (France Télévisons) officient désormais sur la chaîne.

Publicité

D’autres émissions vont également voir le jour dans quelques semaines. Toutefois, la chaîne ne dispose pour l’instant "que" des championnats anglais et portugais, récemment acquis, et ne propose guère d’autres contenus à ses abonnés. C’est là que le bât blesse, pour la chaîne mais également pour les téléspectateurs.

 

À qui profite la grille ?

En effet, le problème d’une large diffusion de SFR Sport 1 se trouve dans son nom, qui est un contre-argument pour d’autres fournisseurs d’accès comme Free ou Orange qui y voient une publicité pour un concurrent. La chaîne reste donc pour le moment disponible exclusivement aux abonnés SFR et Numéricable, ce qui n’est pas une garantie de voir son nombre d’abonnés augmenter en conséquence, au contraire. Cette nouvelle répartition des #droits TV peut aussi être dommageable pour les téléspectateurs, qui doivent désormais jongler entre trois offres pour pouvoir regarder les cinq grands championnats européens. Difficile donc pour les passionnés de football de se cantonner à un seul choix.

Publicité

Par exemple, l’AS Saint-Étienne, qui a joué ce Samedi contre Bordeaux sur Canal + sera diffusé sur SFR Sport 1 Mercredi pour le barrage d’Europa League puis Dimanche sur Bein Sport pour la Ligue 1. Le rapprochement entre Canal + et Bein Sports il y a quelques semaines est une première solution à ces problèmes, grâce à des offres promotionnelles d’abonnement aux deux chaînes. Cependant, l’apparition de SFR Sport 1 dans le paysage médiatique rebat les cartes et divise à nouveau la programmation, comme il y a quatre ans entre… Canal + et Bein Sports.