La délégation française continue de briller aux Jeux Olympiques de Rio. Même si l'or a manqué ce mardi 16 août, les tricolores ont glané cinq médailles de plus, trois en bronze et deux en argent. Citons Mélina Robert Michon, au lancer du disque, et Sofiane Oumiha, en boxe, qui sont devenus tous deux vices-champions olympiques. Dimitri Bascou, au 110 mètres haies, Mathieu Bauderlique, en boxe, et Marc-Antoine Olivier, en natation en eau libre, sont quant à eux "bronzés". La France compte désormais 29 médailles (7 en or, 11 en argent et 11 en bronze) et pointe à la huitième place au classement des pays.

Les spectateurs des JO de Rio au coeur des critiques

Si les bleu blanc rouge donnent satisfaction en termes de performances, le public brésilien mérite quant à lui un zéro pointé.

Publicité
Publicité

Le public de ces JO se trouve en effet au coeur de polémiques concernant ses réactions et sa propension à huer les athlètes sans trop réfléchir. Le site L'équipe.fr se demande même s'il est irrespectueux. Des débordements ont été constatés à plusieurs reprises et de nombreux sportifs s'en plaignent. La finale du pistolet à 10 mètres, où concourait un Brésilien, s'est transformée en cauchemar pour les rivaux du compétiteur local, systématiquement sifflés par une grande partie de l'assistance. Juan Martin Del Potro a aussi vécu le manque de fair-play du public carioca. Les Brésiliens n'aiment pas les Argentins, et le pauvre tennisman, qui représente ce pays voisin, s'est fait applaudir à chaque faute directe.

Les larmes de Renaud Lavillenie

Et que dire du malheureux Renaud Lavillenie, en larmes sur le podium pendant la remise officielle des récompenses ? Lors de la finale du saut à la perche, le Français a été hué par les spectateurs car il était à la lutte avec Thiago Braz Da Silva, un Brésilien, pour la médaille d'or.

Publicité

Ce dernier l'a d'ailleurs battu et notre tricolore a tout de même remporté l'argent. Les Cariocas ont récidivé le lendemain en conspuant Lavillenie quand le speaker du stade a prononcé son nom. Certes, le Charentais avait exprimé clairement son agacement contre les spectateurs locaux devant les médias, mais cela ne méritait pas un tel manque de respect. Ce genre de comportement n'a jamais été observé dans l'histoire des #Jeux olympiques. Thomas Bach, le président du Comité Olympique International, a même qualifié d'inacceptable l'hostilité manifestée à l'égard de Renaud Lavillenie pendant son podium. #Sport #Rio 2016