Comme nous vous l'avions annoncé avant le match, le quart de finale France – Espagne devait marquer la fin d'une des grandes générations du basket européen. Parker ? Gasol ? C'est finalement une partie de l'histoire du basket français qui s'est éteinte mercredi sur les coups de 21 heures. Défait 92-67 par l'Espagne, Tony et compagnie s'arrêtent aux portes des demi-finales. Cela marque la retraite internationale de formidables joueurs comme Tony Parker, Florent Pietrus ou encore Mickaël Gelabale.

Un grand MERCI

Il est toujours difficile de s'exprimer au lendemain d'une si terrible désillusion. On peut refaire le match, s'étonner de la performance de Mirotic (23 points), se plaindre du manque d'impact de Nicolas Batum ou de la faiblesse de la défense françaises mercredi soir...

Publicité
Publicité

NON !

 Les mots qui sont venus, accompagnés d’une petite larme, en entendant retentir le buzzer à la fin du quatrième quart temps sont : MERCI POUR TOUT MESSIEURS !

Le graal obtenu en 2013 avec le titre de champion d’Europe (80 – 66 contre la Lituanie) restera le plus beau moment de cette équipe fabuleuse.

Mais la génération Parker c’est 15 longues années d’émotions, de déceptions et de progressions.

La médaille de bronze à l’euro 2005 en Serbie en passant par la désillusion de l’euro 2007 (huitième et non qualifié pour les #Jeux olympiques de Pékin) jusqu’à ce mercredi 17 août à #Rio 2016.

Bilan ? L’or (2013), l’argent (2011) et le bronze par deux fois (2005 et 2015) dans un Euro et le bronze au mondial 2014. Mais les médailles ne reflètent pas tout.

Comme le dis Frédéric Weis, ancien international de 1999 à 2007 : « La génération Parker nous a amené la faim de victoire ».

Publicité

Ces hommes ont augmenté le niveau d’exigence du basket français, lui ont apporté des exploits, qui resteront à jamais gravés parmi les plus belles pages du sport français.

Alors à défaut de figurer au Panthéon Olympique, vous figurerez au Panthéon du sport français et surtout vous resterez des exemples pour toute une génération d'amoureux de la balle orange et pour ça MERCI

Place à la nouvelle génération

Cela fait maintenant plusieurs années que Vincent Collet et son staff ont pris conscience qu'il fallait préparer l'après Parker & co. Les Batum, Fournier, Heurtel, Gobert ou encore De Colo prennent depuis quelques compétitions beaucoup plus d'importance dans les systèmes de l'Equipe de France.

Cette nouvelle génération, accompagnée par Boris Diaw qui déclarait à la fin du match « Ce soir je n’arrête pas »,  aura la lourde tâche d’écrire un nouveau chapitre du basket français.

A eux de profiter de l'engouement suscité par la génération précédente. L'avenir de l'équipe de France de basket est entre vos mains messieurs et ces dernières sont pleines de talent. #Basket-Ball