Nous sommes un peuple pas très doué pour le sport, qui réussit de temps en temps et qui n’aime pas perdre. Les #Jeux olympiques se terminent le 22 août, mais, nous Français, sommes de joyeux lurons quand nous gagnons grâce à nos nombreux journalistes qui, pour la plupart, ne font pas de #Sport, et qui se contentent de donner des leçons à la terre entière derrière leur micro. C’est vrai en athlétisme avec notre joyeux luron Montel qui continue de féliciter les sportifs antillais avec un air feint de colonisateur (même s’il n’est pas conscient de ce qu’il dit quand il parle des Antilles qui apportent des médailles à la #France). Parler de Guadeloupéens, de Martiniquais en tant que sportifs français, c’est valider la thèse communautariste.

Publicité
Publicité

Je suis désolé Monsieur Montel, les coureurs du 110 mètres haies, Bacou et Martinot-Lagarde, sont Français avant d’être antillais, même si je ne suis pas naïf et que vous les regardez d’abord comme des Français venus d’ailleurs. Je préfère Madame Céline, journaliste sur France 2, qui parle de Teddy Riner en tant que Français, à vous qui, sous des prétextes de remercier l’apport des sportifs antillais à la France, vous comportez comme des franchouillards (que nous sommes tous). Vous êtes comme Renaud Lavillenie qui, derrière son statut de champion olympique sortant et de recordman de la perche, a traité le public brésilien de nazi. C’est une honte pour nous Français, franchouillards, dont nos sportifs fréquentent plus les plateaux de télévision et les marques commerciales que l’entrainement.

Publicité

Nous sommes des grandes gueules pour rien. Franchouillards comme d’habitude, et prêts à trouver des prétextes quand on perd. C’est l’arbitre, c’est le public, c’est le mauvais temps. Renaud doit être sérieux et revenir à la réalité. Thiago Braz de Silva a été plus fort que lui en gagnant la médaille olympique en franchissant la barre de 6,03 mètres. Renaud a calé à 5,98 mètres. Il faut que Renaud apprenne qu’il n’est pas Usain Bolt, qui annonce une victoire et qui la réalise. Il faut que l’on arrête dans ce pays d’être franchouillard, d’avoir la Grande gueule et il faut s’entrainer réellement.

Renaud Lavillenie, avec son air de faux-modeste, se pense le meilleur à la perche. Résultat : éliminé en Championnat d’Europe et médaille d’argent seulement aux Jeux Olympiques, qu’il pensait écraser du haut de sa gouaille démesurée. Pierre Ambroise Bosse, 4ième du 800 mètre olympique, est plus valeureux et plus sympathique que Renaud qui a perdu la médaille d’argent alors que Ambroise Brosse a été 4ième sur 800 mètres.

Publicité

Bosse (il est sympa ce gars) a demandé à son chat couché sur le canapé d’aller prendre une bière dans le frigo et de la boire à sa santé. Salut l’artiste ! J’espère que vous assumerez un jour des responsabilités au sein de l’athlétisme et que vous ne serez pas comme ce Renaud, qui se dit fort mentalement, et qui craque parce que le public valorise son champion Thiago, même s’il a désapprouvé ses propres propos sur Facebook. Renaud, quand on est champion, on se blinde. Mais nous Français, nous sommes ainsi franchouillards et gueulards mais pas très disposés à un entrainement lourd et éprouvant, on préfère les plateaux de télévision et la radio.