Le scandale du dopage aux Jeux Olympiques a éclaté bien avant le début des compétitions. Rappelez-vous que 119 athlètes russes ont été exclus de la manifestation suite à la révélation d’un système de tricherie organisé par l’état. Ceux qui ont permis de mettre l’affaire au grand jour sont ce qu’on appelle des lanceurs d’alerte. Ils sont russes, mariés et se nomment Ioulia Stepanova et Vitaly Stepanov. Elle est une athlète spécialiste du 800 mètres, lui était encore il y a peu un employé de l’agence anti-#Dopage de son pays, nommée la Rusada. Lundi 15 août, à l’occasion d’une vidéoconférence, le couple a clairement exprimé de fortes craintes pour leur vie. 

Des comptes de messagerie infiltrés 

« Je veux que vous sachiez que s’il nous arrive quelque chose, ce ne sera pas un accident  », a expliqué Ioulia Stepanova.

Publicité
Publicité

Sa vie et celle de son mari se passent dans la peur depuis que leurs comptes de messageries ont été piratés. Leur cachette aux Etats-Unis pourrait avoir été détectée. C’est un reportage diffusé le 1er août 2015 par la télévision allemande qui est à l’origine de toute l’histoire. Plusieurs intervenants, dont le duo Stepanov, y détaillent tous les rouages d’un processus de dopage organisé par le gouvernement russe.

Depuis, des disparitions mystérieuses ont eu lieu, notamment celle en février dernier de Nikita Kamaëv, numéro deux de la Rusada. L’homme avait exprimé son souhait d’écrire un livre entier sur la pharmacologie du sport et le dopage dans son pays. Il serait officiellement mort d’une crise cardiaque, mais les doutes demeurent. Dix jours avant, l’ancien patron de la Rusada, Viatcheslav Sinev, est lui aussi décédé.

Publicité

#Sport #Jeux olympiques