Un mouvement mal aiguillé, une vague furieuse ou un requin affamé, c'est le récit des surfeurs amputés des jambes, des bras ou des pieds, laissant derrière eux leur passion, leur vraie raison de vivre. Pourtant, Eric Dargent, champion de France Handisurf en 2015, a refusé de se plier au destin tragique de sa vie. Sans jambe gauche depuis 2011, il s'accroche aux vagues à l'approche de ses 40 ans, grâce à une prothèse pour #Surf adaptée à ses jambes amputées. Imperturbable dans leur élan, beaucoup d'autres victimes ont pu surmonter de telles épreuves.

 

Prothèse pour surf  :  un nouveau membre après une amputation

Après avoir boudé longtemps les marches du podium, Eric Dargent s'est remis sur les rails avec sa nouvelle jambe, une prothèse pour surf, gage d'équilibre, dont il avait besoin pour déferler sur les plus grosses vagues.

Publicité
Publicité

Depuis l'amputation de sa jambe gauche survenue le 19 Février 2011 sur l'Ile de la Réunion, sa nouvelle quête était devenue la recherche d'une prothèse qui substituerait parfaitement ce membre disparu. Pari gagné puisque cette prothèse pour surf est maintenant opérationnelle grâce à son obstination de réussir, mais aussi à l'appui de Protéor, une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits orthopédiques.

 

La prothèse pour surf :  une solution pour l'amputation d'un membre

Les adeptes de ce #Sport de glisse courent plus de risques de se faire mutiler un bras ou une jambe en s'aventurant dans les zones interdites, quoique la prothèse pour surf existe maintenant pour atténuer les dommages. Ce type de prothèse orthopédique est caractérisé par un tendon plus flexible et un amortisseur renforcé pour désamorcer les chutes.

Publicité

Le modèle de prothèse pour surf proposé par Eric Dargent est estimé à 3500 Euros.

 

Victimes du surf : leurs routes se retracent ou s'achèvent

Que ce soit en Europe ou à l'étranger, le nombre de victimes de la pratique du surf ne cesse de croître. L'amputation des membres est la plus courante, mais certains ressortent parfois seulement avec quelques égratignures. L'ampleur des dégâts varie toutefois au cas par cas, parfois au prix d'une vie. Bethany Hamilton, championne du Pipeline Women's Pro en 2014, fait partie de ces victimes. Elle a dû dire adieu à son bras gauche dévoré par un requin en 2003, alors qu'elle n'avait que 13 ans. Malgré les cicatrices, son parcours héroïque convainc l'organisateur d'ESPY Award 2016 de lui décerner le prix de la meilleure athlète avec un handicap, titre qu'elle renie puisqu'elle ne s'estime pas être infirme. En 2013, un autre surfeur a aussi frôlé la mort. Mike Parsons s'est fracturé une vertèbre alors qu'il défiait une vague géante de près de 23,5 mètres à Cortes Bank.

Publicité

Le surfeur Jean-Claude Warrisse, quant à lui, a payé le prix fort en périssant au milieu des vagues de Nusa Dua à Bali en 2012. Portons maintenant l'attention sur un événement récent en terminant sur l'accident tragique d'un kitesurfeur qui a succombé à la morsure d'un requin en Nouvelle-Calédonie le 06 Septembre 2016. Malgré les efforts de réanimation, ce quinquagénaire est décédé suite à un accident vasculaire cérébral. #Sportons-nous bien!