Les matchs défilent et toujours pas d'Hatem #Ben Arfa sur la feuille de match. L'ex-Niçois va une nouvelle fois devoir prendre son mal en patience lors de la réception de Dijon ce mardi (21h00). Après Arsenal en Ligue des Champions et Caen en Ligue 1, c'est la troisième fois consécutive qu'Unai Emery met à l'écart son joueur, de quoi épaissir encore un peu plus le mystère Ben Arfa. Un choix fort que le coach parisien explique sans langue de bois "c'est un choix purement sportif, je prends les meilleurs" s'est-il défendu en conférence de presse ce lundi. 

 

Ben Arfa, "un joueur comme les autres

Relancé sur ce sujet par les journalistes, le technicien basque, inflexible, reste campé sur ses positions "pour Hatem, nous jugeons match après match. Selon l’adversaire et selon nos forces. Hatem est un joueur comme les autres".

Publicité
Publicité

En lisant entre les lignes, ces déclarations ne veulent dire qu'une chose, le virevoltant gaucher va devoir faire preuve d'un investissement sans faille s'il veut se faire une place au sein de l'effectif parisien. A l'entraînement, Ben Arfa est souvent pointé du doigt pour sa nonchalance ce qui n'a pas échappé à certains de ses coéquipiers, "Il n'y a pas de problèmes particuliers avec Hatem, j'adore le regarder jouer mais c'est un joueur de match, à l'entraînement on le voit un peu moins" a affirmé Thomas Meunier au sortir de la large victoire du #PSG face au Stade Malherbe de Caen vendredi (0-6). Le Diable Rouge n'a toutefois pas omis de mentionner le talent de son coéquipier, "il y'a d'excellents joueurs, la concurrence est féroce mais on sait qu'Hatem peut faire la différence à n'importe quel moment".

Publicité

L'exemple Ever Banega

Au vu des performances intrinsèques de Ben Arfa, difficile d'imaginer que son absence soit liée à son niveau. Dès lors y'a t-il plus qu'un problème d'implication personnelle? L'entourage du joueur est catégorique, "Emery ne l'aime pas et le traite comme un gamin", le technicien n'a toutefois rien laissé filtrer à ce sujet. Si HBA va devoir s'armer de patience et de dévouement, il peut prendre exemple sur Ever Banega. Transféré à l'Inter Milan cet été, le milieu de terrain a évolué sous les ordres d'Unai Emery entre 2008 et 2016. Pas en odeur de sainteté et jugé en méforme, c'est à force de travail que l'Argentin est devenu une pièce maîtresse du système Emery au FC Valence puis au FC Séville. Un modèle du genre, à Ben Arfa de suivre cet exemple.  #Ligue 1