Le débourrage devrait prendre en considération tous les paramètres impliquant le bien-être de nos montures en priorité. Et c'est la raison pour laquelle il me semble qu'il doit se faire en douceur et selon un programme dépendant du tempérament du cheval et non pas en fonction du planning du propriétaire. Éviter d'utiliser un mors me semble être un objectif louable que tout propriétaire devrait entreprendre, quelque soit la future activité des montures. Le mors est un outil asservissant, même si la main du cavalier est légère et précise, car cet asservissement n'est pas que physique: il a aussi, par nature, une connotation psychologique forte.

Publicité
Publicité

La contrainte impliquée par le corps étranger occupant un espace dans la bouche du cheval est évidente et agressive par nature. Il n'est pas question ici de réciter des belles et douces paroles de midinettes comme on en voit fleurir sur les blogs dédiés, mais d'interpeller sur un réflexe qui s'inscrit trop en évidence dans l'apprentissage du cheval.

 

Le débourrage ne doit pas avoir comme seul objectif la mise en selle

Construire une proximité, développer une confiance, bâtir un respect et des liens d'affection avec le cheval, semblent être les maîtres mots d'un débourrage réussis. Le temps est aussi un allié de poids. Chronomètre en main, le résultat sera bâclé et les liens superficiels, étriqués, sans consistance. D'aucuns diront que "l'on peut envisager de parfaire la communion homme/cheval dans le temps, dans une certaine durée", dans ce cas il est peut-être préférable de simplement envisager de partir sur de bonnes bases.

Publicité

Il est à mon humble avis indispensable de passer beaucoup de temps avec son compagnon, de lui faire comprendre qu'il s'agit d'une équipe qui se forme, d'un couple qui naît, d'un lien fort qui se tisse. La mise en selle viendra comme une simple étape dans le très long apprentissage qui démarre.

 

Hackamore: l'accessoire de la bouche libre par excellence

Le plaisir est intense lorsque l'on obtient de son cheval ce que l'on souhaite, simplement par une légère pression des doigts, sans un mors barrant la bouche, et pourquoi pas avec un ordre verbal pour confirmer le message, si besoin est. Tout ceci contribue à une parfaite communication pacifique, à un partage dans la douceur, sans brutalité ni physique, ni psychologique, et quel bonheur de voir son cheval manger à volonté et sans entraves lors des petites pauses. La bouche est épargnée, pas sujette à blessures et autres empreintes laissées par le temps et un mors qui vient rappeler avec trop d'intensité le rapport de force qui s'est établi par la seule volonté du maître. L'ackamore est synonyme de liberté. Il confirme la proximité amicale que l'on entretient avec sa monture et exprime tout le respect que l'on doit à nos amis les chevaux.   #Animaux #Equitation