Heureusement qu'il existe encore des gens comme Vincent Bolloré (patron du groupe Canal +) pour mettre de l'argent sur une table dans le but de remporter les droits de diffusion TV de la coupe de la Ligue. Cette compétition a toujours été au centre des débats et n'a jamais fait l'unanimité. Les clubs, et plus particulièrement les entraîneurs, la juge souvent inutile et sans intérêt. Elle vient surtout contrarier les professionnels au niveau du calendrier qui, notamment pour les clubs de haut de tableau, est déjà bien chargé. Pourtant, gagner une coupe de la Ligue lorsqu'on est en difficulté en championnat est un bon moyen de sauver une saison, comme par exemple l'OM de Deschamps en 2012.

Publicité
Publicité

C'est une ligne de plus au palmarès et, pour des équipes un peu plus en retrait, une belle occasion de célébrer un titre. Dans les années 2000, on a par exemple vu Nancy et Strasbourg vivre une belle aventure grâce à ce trophée. Elle permet aussi au vainqueur de se qualifier pour le 3ème tour préliminaire de l'Europa League, une rare occasion pour certains de participer à une aventure Européenne. Mais depuis quelques années, les "gros" ont repris le pouvoir, signe que le faible intérêt affiché et revendiqué n'est pas si évident que cela. Pour le #PSG de Laurent Blanc, c'était même un objectif avoué (vainqueur des trois dernières éditions). Il voulait mettre un point d'honneur à remporter les quatre compétitions nationales chaque année. 

La coupe de France d'abord

Au niveau des gains, on constate une évolution des primes.

Publicité

Grâce aux différents facteurs, le vainqueur de la coupe de la Ligue empochera cette année environ 2.500.000 Euros contre 1.700.000 l'année dernière. La compensation pour le finaliste est presque doublée, passant à environ 2.000.000. Des chiffres équivalents aux sommes remportées par le vainqueur de la coupe de France, qui cumulera au final un peu plus de 2.600.000 Euros. Il sera par contre directement qualifié pour la phase finale de l'Europa League. Pour les clubs professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2, la coupe de la Ligue devrait donc représenter une formidable source de motivation puisqu'elle est "sans risques". Mais c'est justement ce qui fait le charme de sa rivale. Chaque année, des amateurs viennent bousculer la hiérarchie et des anonymes sont à l'honneur. C'est David contre Goliath, et ces affrontements suscitent toujours un engouement particulier. Chez les pros, beaucoup estiment que cette pression supplémentaire rend le parcours plus périlleux et difficile, ce qui donne une valeur ajoutée à un triomphe en coupe de France. Alors, malgré tous les efforts effectués pour rendre la coupe de la Ligue plus attrayante (suppression des prolongations cette année et entrée en lice des clubs européens après les seizièmes de finale) et financièrement plus intéressante, elle reste en retrait par rapport à sa concurrente. Les effectifs vont donc continuer à tourner dans des stades dépeuplés, et les audiences de Canal vont encore baisser... #OM