Une seconde défaite en Europa League replonge l'Inter dans ses travers. Après un revers surprenant pour entamer leur campagne face au modeste club de l'Hapoël Beer-Sheva, les Nerazzurri se sont à nouveau incliner cette fois-ci contre le Sparta Prague. Une entame de saison européenne catastrophique pour un club cherchant à retrouver son prestige d'antan. Mais que se passe-t-il donc dans le club de Corso Vittorio Emmanuele II...?

L'emblème de l'Inter lâche le navire 

Le président Moratti levant les yeux au ciel, fêtant une victoire exceptionnelle en finale de la Champions League un beau soir de mai 2010... Une image restée gravée dans la mémoire et dans le coeur des tifosi mais qui fait aussi rappeler le long désert que le club traverse depuis cette date.

Publicité
Publicité

Le départ de Mourinho, et l'arrivée successive de Rafael Benìtez ont mis fin au cycle victorieux de l'Inter. Des choix controversés au niveau du choix des joueurs, ainsi que des managers ont dès lors commencé à faire gronder un public qui commença doucement à déchanter. Le pire restait pourtant à venir, puisque les désillusions se sont multipliées au fil des saisons suivantes menant même au retrait progressif de l'emblématique président Moratti. L'arrivée d'Erick Thohir, premier président non-Italien de la Serie A, a de nouveau fait grincer des dents certains supporteurs. Mais les résultats n'arrivent pas, les entraîneurs se succèdent, les fans désertent progressivement le stade Giuseppe Meazza faisant rentrer le club dans un cercle vicieux négatif. Cet été, au terme d'une énième saison décevante, le club passa dans les mains d'un groupe chinois (Suning) qui a comme objectif de redorer le blason d'un club ne parvenant plus à se sortir de sa spirale négative.

Publicité

Mais, pour l'instant, beaucoup de questions demeurent, sans obtenir aucune certitude, ni sur le terrain, ni dans les travées du club. Beaucoup de changement, peu de résultat et aucune garantie de succès...

 

Trop d'erreurs de casting, des joueurs pas à la hauteur de l'Inter Milan

Schelotto, Jonathan, Gargano, Kondogbia, Ranocchia, et bon nombre d'autres joueurs recrutés dans les cinq dernières années ont été surnommés Bidone en Italie, pas besoin d'effectuer la traduction. La responsabilité des entraîneurs dans les ultimes années a été passablement mise en avant, mais il ne faut pas oublier que de nombreux choix de recrutement ont été complètement erronés. Mais à qui doit-on en vouloir ? L'ancien chef du recrutement Branca s'en est allé après de multiples erreurs de casting, remplacé par Piero Ausilio qui a redonné de la qualité à l'effectif. De gros investissements ont été effectués dernièrement avec des choix pour la plupart payants. A l'image de : Icardi, Banega, Joao Mario, Miranda, Perisic, Candreva.

Publicité

Un gros point noir reste cependant marquant. La Beneamata attend toujours l'explosion du gros coup de mercato de l'année dernière. Acheté pour plus de 30 millions d'euros, Geoffrey Kondogbia enchaîne les prestations catastrophiques, alliant mauvais choix à des erreurs techniques improbables. A tel point que son nouvel entraîneur, Frank de Boer, ne s'est pas fait prier pour l'égratigner après une énième décevante prestation qui lui a valu "l'honneur" d'être remplacé après un peu plus de 35 minutes. "Geoffrey continue à faire toujours les mêmes erreurs, ce n'est pourtant plus un enfant, il faut qu'il apprenne de ses erreurs", des paroles franches, qui montrent à quel point Kondogbia est dans une période difficile.

Comment faire renaître la grande Inter ?

Le choix de promouvoir De Boer, ancien entraîneur de l'Ajax, symbolisait le choix d'un projet qui avait de la peine à se mettre en place auparavant. Un entraîneur qui n'a pas peur de lancer les jeunes, avec une politique se basant souvent sur la fougue du pays. La solution viendra peut-être de cette nouvelle politique, avec l'Inter qui a déjà lancé ce projet : recrutement de Caprari, intérêt marqué pour Berardi ou Bernaderschi. Sera-t-il suffisant pour renaître... ? Réponse en mai. #InterMilan #Football #Europa League