Italie : La « Vieille Dame » mérite le respect

Après les pertes notoires de Paul Pogba et Alvaro Morata, la Juve avait réalisé de sacrés coups sur le mercato en signant notamment Pjanic et Higuain - pour ne citer qu’eux. Annoncés comme super favoris, les hommes de Massimiliano Allegri ont fait respecter leur statut, puisqu’ils caracolent en tête avec déjà quatre longueurs d’avance sur les Napolitains après 7 journées. Leur seul faux pas : une défaite douloureuse contre leur adversaire de toujours, l’Inter de Milan. Mais qui est donc capable d’enrayer la surpuissante machine turinoise ?

Naples parait tout de même moins à même de contredire le favori turinois que l’année dernière, malgré la bonne forme du joueur recruté pour remplacer « Il Pipita », le dénommé Arkadiusz Milik.

Publicité
Publicité

L’AS Roma est capable du meilleur comme du pire, à l’image de la gestion catastrophique de son barrage de Ligue des Champions contre le FC Porto. Que dire de l’Inter Milan… Auteur d’un recrutement 5 étoiles, les Nerazzurri peinent cependant à trouver de la continuité dans leurs résultats, à l’image de la victoire éclatante contre la Juventus, et des tristes défaites en Europa League (notamment). Le Milan semble quant à lui avoir un effectif trop peu garni pour pouvoir venir titiller les quintuples champions d’Italie, malgré un jeu agréable.

 

Angleterre : City mène, mais tout reste ouvert

Partis sur les chapeaux de roues, les (multiples) favoris de cette Premier League ont connu des fortunes diverses dernièrement. Le Manchester City de Guardiola, grand dépensier estival, avait connu un parcours quasi idéal jusqu’à la défaite face aux Spurs.

Publicité

Les joueurs de Pocchetino qui, justement, suite à départ moins tonitruant que leurs richissimes adversaires sont revenus forts sur les Skyblues grâce à ce succès. Chelsea et Manchester United ont quant à eux vécus quelques dernières semaines tumultueuses, avec des résultats en dents de scie, les plaçant tout deux à 13 points après 7 journées de championnat. Attention cependant à ne pas les enterrer trop vite, avec deux effectifs #PLéthoriques, et des entraîneurs à succès sur le banc, le temps risque fort d’être leur grand allié. Liverpool quant à lui semble capable de battre n’importe qui - notamment les cadors - mais de perdre contre des équipes moins blasonnées (typiquement la défaite contre Burnley). Si Jürgen Klopp parvient à trouver de la constance dans ses résultats, le club de la Mersey risque fort de venir truster la première place. Champion en titre, Leicester semble hors course cette année, l’euphorie s’étant résorbée. Le club de Ranieri parait tout de même bien parti pour faire trembler des cadors en Champions League, avec une entame parfaite dans son groupe !

 

Espagne : Le Real semblait s’envoler, puis a décidé d’attendre ses camarades

Auteur d’un début de saison tonitruant avec 4 victoires d’affilée, le Real caracolait en tête.

Publicité

Les fans des Merengues se voyaient déjà reconquérir un titre de champion qui leur a trop souvent échappé dernièrement. En passe de battre le record du Barça, et du nombre de victoires consécutives (16), le Real a calé. Rien de grave, certes, mais la machine semble quelque peu enrouée. Dès lors s’en sont suivis 3 autres parités (2 en championnat, 1 en Champions League), qui ont permis à l’Atletico Madrid, au FC Séville et à l’inévitable Barça de revenir tout près - voir au-dessus pour l'Atleti. Dommage car le Barça, rival principal dans la lutte pour le titre, avait réalisé un faux-départ. Des Barcelonais, privés de Messi lors de l’ultime journée, qui ont encore perdu des plumes sur le terrain du Celta Vigo au terme d’un match quelque peu atypique. La #Liga semble complètement ouverte (pour une fois) et nous offre une lutte à 3 - voir à 4 si le FC Séville confirme son rôle d’outsider - qui s’annonce des plus alléchantes. Affaire à suivre ! #Football