Dès l'annonce de l'éviction de Sylvain Ripoll du banc Lorientais dimanche matin, le nom de Rolland Courbis est immédiatement évoqué. L'ancien entraîneur du Stade Rennais est un habitué des opérations sauvetages, ce qui lui vaut une réputation de pompier de service. Le projet Lorientais présente tout de même une perspective d'avenir. En effet, c'est un club structuré, avec des finances saines et un effectif intéressant. Le maintien est donc largement faisable et c'est un club idéal pour se "relancer". Lundi soir, coach Courbis et le président Féry se mettent d'accord sur les détails du contrat. On pensait même le voir en place pour le match de coupe de la Ligue face au Stade Rennais hier. Seulement voilà, le natif de Marseille est salarié chez RMC et SFR Sports, et son président  et employeur François Pesenti ne souhaite pas s'en séparer.

Publicité
Publicité

Le contrat stipule que le consultant peut être libéré de ses fonctions à tout moment mais seulement en cas de proposition d'une sélection. Pour un club, il faudra patienter jusqu'à fin décembre. Hier, dans la soirée, le président Féry est mis au courant et les négociations sont officiellement rompues. Selon des proches du dossier, il aurait logiquement très mal pris la chose. En effet, on peut s'interroger sur la durée des tractations et sur l'issue du dossier. Il faut croire que Rolland Courbis ne savait pas,  il y a 48 heures, qu'il jouait actuellement un rôle primordial chez RMC, et qu'il n'était pas forcément au courant des détails de son contrat. Dans le passé, il a d'ailleurs pu se libérer beaucoup plus facilement de son rôle de consultant (pour prendre en main Montpellier par exemple).

Publicité

Soit il est indispensable au bon fonctionnement du groupe RMC jusqu'en décembre (et visiblement, il n'en était pas conscient), soit son président lui a joué "un mauvais tour". À moins que...

Il ne faisait pas l'unanimité à Lorient

Grâce au journal Ouest-France, on apprend que la venue de Rolland Courbis n'enchantait pas forcément tout le monde à Lorient. On parle même d'une défiance exprimée par des joueurs, des membres du staff mais également des dirigeants. C'est peut-être ce scepticisme avoué qui a finalement fait reculer le principal intéressé hier. Il peut se passer beaucoup de choses en 48 heures, surtout dans le #Football...Pour soigner sa communication et ne pas perdre la face, on peut imaginer que Courbis décide alors de se servir de cette histoire d'obligations contractuelles comme prétexte pour rompre l'accord avec Féry et Lorient. Un retournement de situation qui ne souffre au final d'aucune contestation. Quoi qu'il en soit, l'information est désormais officielle, Courbis n'ira pas chez les Merlus. La piste Élie Baup est donc réactivée mais que Loïc Féry se méfie, car ce dernier est sous contrat chez BeIN Sports... #Montpellier sport