La défaite des Lyonnais face à la Juventus de Turin est frustrante, voire cruelle. Il y a déjà le regret de ne pas avoir marqué ce penalty à la 35ème minute alors que les Italiens dominaient les débats. Après un accrochage dans la surface de réparation, l'#OL a l'occasion de marquer contre le cours de jeu et inverser la tendance. Mais Buffon arrête la tentative de Lacazette, peu en vue hier soir, et permet à son équipe de rentrer au vestiaire avec le 0-0. Le deuxième fait marquant intervient à la 54ème minute après l'expulsion de Lemina. À 11 contre 10, les Lyonnais sont pourtant restés dans le même système et n'ont pas profité de cette supériorité numérique.

Publicité
Publicité

Pire, ils vont réussir à encaisser un but par Cuadrado et finalement perdre ce match. Loin d'avoir été humilié par le champion d'Italie comme certains le laissaient entendre avant la rencontre, les hommes de Génésio ne sortent pourtant pas grandis de cette confrontation. Ils constatent seulement la supériorité tactique et mentale de la Juve. Toujours sereins malgré les décisions arbitrales pas forcément a leurs avantages, les hommes d'Allegri ont fait respecter la hiérarchie avec une forme d'autorité déconcertante. Quand les Lyonnais ont eu l'occasion de marquer, Buffon a sauvé les meubles. En plus du penalty arrêté, le gardien a réalisé deux somptueuses parades, sortant notamment vainqueur d'un face à face avec Fekir grâce à un reflex magistral. Les Italiens ont donc longtemps et efficacement résisté avant d'asséner le coup de grâce par Cuadrado à la 76ème malgré l'infériorité numérique.

Publicité

Ensuite, lorsque Génésio décide enfin de faire du coaching en sortant un défenseur pour un attaquant, il est déjà trop tard.

Retrouver de l'ambition

Alors, que retenir de cette rencontre ? Certainement pas les déclarations d'après-match, où les joueurs, l'entraîneur et même le président Aulas se félicitent d'avoir inquiété la grande #Juventus de Turin. C'est encore pire qu'un aveu de faiblesse. Une équipe comme Lyon, qui joue régulièrement la Ligue des Champions, ne doit pas se contenter d'inquiéter les grosses écuries, surtout à domicile et surtout après un match comme celui-là. Au lieu de retenir le positif, Génésio et ses hommes devraient peut-être se concentrer sur le négatif et travailler là-dessus pour, à l'avenir, ne plus laisser filer ce genre de rencontre. Il fut un temps (pas si lointain) où l'OL ne se contentait pas d'inquiéter les grandes équipes...