Dans un entretien accordé au magazine SO FOOT, le nouvel homme fort de l'#OM Jacques-Henri Eyraud avoue "réfléchir" quand on lui parle de Marcelo Bielsa. "On a évidemment remarqué ce qui s'est passé avec Bielsa, parce que c'est étonnant qu'à Marseille quelqu'un soit autant adulé après avoir perdu beaucoup de matches en fin de saison. Ça fait réfléchir."  Quelques mots pesés et mesurés mais qui vont forcément avoir un effet immédiat sur la cannebière. 

Bielsa, l'idole qui n'a rien gagné

En effet, El loco a laissé une trace indélébile chez les Phocéens. Paradoxalement, il n'a rien gagné avec le club et a même échoué au pied du podium de la #Ligue 1 lors de sa seule saison dans le sud de la France, ratant ainsi une qualification pour la ligue des champions qui lui semblait promise.

Publicité
Publicité

Mais l'Argentin est tout de même adulé, et pour cause. En décembre 2014, l'OM est champion d'automne et pratique un magnifique #Football. Les supporteurs sont aux anges et vibrent à nouveau. Le vélodrome est plein et Marseille redevient en quelque sorte la capitale de ce sport en France. Une façon de renouer avec le glorieux passé du seul club français ayant gagné la ligue des champions. Alors oui, même si le club terminera finalement quatrième de l'exercice 2014/2015 et même si Bielsa quittera ses fonctions dès le premier match de la saison suivante, laissant ainsi le club dans l'impasse, les fans de l'OM ne lui en tiendront pas rigueur.  Au-delà des résultats, la philosophie de jeu prônée par l'Argentin reste la principale raison de l'amour inconsidéré du public marseillais envers lui. Il a donné tellement de bonheur en si peu de temps qu'on peut tout lui pardonner.

Publicité

Il était clairement l'homme de la situation, et il l'est encore pour beaucoup. 

"Difficile mais pas impossible"

Cette popularité n'a pas échappé aux nouveaux dirigeants de l'OM. Depuis que l'Américain Franck Mc court a racheté le club, l'avenir de Franck Passi ne fait aucun doute. Les résultats actuels du club étant largement insuffisant, la nouvelle direction a donc choisi de faire ses déclarations, comme pour annoncer un avenir meilleur. Et quoi de mieux que Bielsa pour apaiser les tensions. Seulement voilà, à Marseille, on passe vite du calme à la tempête, et il faut faire très attention à la communication. La prudence est de mise, surtout quand on parle de l'idole de tout un peuple. Voilà sans doute pourquoi Eyraud tempère habilement ses propos en rappelant que cette idée serait difficilement réalisable. Une manière d'affirmer que finalement, ça ne dépend pas d'eux. À l'heure actuelle, on ne sait même pas si des contacts ont été noués entre les deux parties. Rappelons également que le retour de Bielsa avait déjà été évoqué cet été, quand l'autre repreneur potentiel de l'OM, Gérard Lopez, affirmait avoir l'accord de l'Argentin pour entraîner s'il rachetait le club.

Publicité

Une information peu crédible pour certains proches du dossier, même si le principal intéressé n'a jamais infirmé ces déclarations. Il faut dire que Bielsa s'exprime peu, voire pas du tout.

Une chose est sûre, le peuple Olympien est toujours aussi nostalgique de son magicien Sud-américain, et les nouveaux propriétaires l'ont bien compris. Difficile aujourd'hui de savoir s'ils utilisent le nom de Bielsa pour soigner leur communication ou si les contacts existent réellement. Dans le cas d'un hypothétique "coup de com'", attention car les Marseillais ne sont pas réputés pour leur indulgence, surtout quand il s'agit d'El loco...