Ca commence à faire beaucoup... Après la réunion de la semaine dernière entre les cadres du #PSG et le technicien espagnol, où ces derniers ont clairement remis en cause "la méthode Emery", c'est au tour d'un autre joueur de secouer publiquement son entraîneur. Il s'agit du Belge Thomas Meunier, arrivé cet été au club. Si l'on ajoute à cela la gestion très impopulaire du cas Ben Arfa, la situation se complique pour Emery. Le nouveau latéral droit du PSG explique donc dans le journal "l'équipe" que certains joueurs comme "Di Maria ou Ben Arfa n'ont pas besoin de notions tactiques". Il va même jusqu'à dire que le groupe pourrait se "gérer sans entraîneur" avant d'atténuer ses propos en saluant les compétences de l'Espagnol.

Publicité
Publicité

Bref, un mélange de compliments et de maladroites petites piques envers Emery, qui a dû apprécier... Quelle importance donner à ces propos ? Sont-ils plus malencontreux que volontaires, surtout venant d'un joueur qui n'occupe pas un rôle majeur au sein de l'effectif ? Quoi qu'il en soit, ces déclarations sont nocives, autant dans le timing que dans la syntaxe. Elles s'ajoutent aux récentes réunions ayant provoqué des tensions entre des joueurs et le staff du PSG, ou plutôt entre les cadres et l'entraîneur. En effet, la semaine dernière, on apprenait que les tauliers de l'équipe (Thiago Motta, Thiago Silva, Balise Matuidi etc...) ont signifié à Emery qu'ils ne comprenaient pas forcément les attentes de ce dernier et qu'ils souhaitaient dorénavant revenir à un jeu basé sur la possession de balle, comme...

Publicité

l'année dernière.

Une façon de se dérober pour les joueurs du PSG ?

Alors, cet échange traduit-il une réelle volonté des joueurs de revenir à ce qui a fait leur force pendant plusieurs saisons ou est-ce simplement une bonne manière pour certains d'éviter de se remettre personnellement en question ? Car oui, quand on voit le début de saison catastrophique de Thiago Motta par exemple, on est en droit de s'interroger. Et que dire de Di Maria, lui qui tarde sérieusement à justifier les 65 millions d'Euros déboursés pour son transfert. Si Motta a clairement régressé cette saison, les performances décevantes de l'Argentin ne sont en revanche pas une nouveauté, et ce constat d'échec est de plus en plus relayé dans les médias. Rappelons également que ces mêmes joueurs avaient déjà sérieusement écorné Laurent Blanc à la suite de la défaite en ligue des champions face à Manchester City la saison dernière. Peu se sont remis en question après cette désillusion, préférant accuser le désormais célèbre 3-5-2 du Français.

Publicité

Il serait donc injuste de rendre Emery responsable de tous les maux parisiens. C'est pourtant ce qui ressort ces derniers temps.

Une erreur de casting des Qataris ?

Cette récente mise au point a donc fragilisé Emery, mais pas seulement... C'est aussi un coup dur pour Nasser Al-khelaifi et les dirigeants de QSI. La venue de l'Espagnol devait incarner le changement. Un changement de direction nécessaire, voulu et assumé par l'état-major du club. Un changement qui prend du coup un sacré plomb dans l'aile avec cette réunion et les déclarations de Meunier aujourd'hui. La volonté affichée des joueurs pour revenir à un jeu qui a fait la force du club pendant quatre ans est un terrible désaveu pour la haute instance parisienne. Indirectement, on remonte jusqu'au choix du licenciement de Laurent Blanc, qui est passé de l'imposture à l'indécence. "Finalement, ce n'était pas si mal". Voilà en substance ce que certains supporteurs, joueurs voire dirigeants pensent peut-être actuellement. Mais pour l'instant, il n'y a pas péril en la demeure... Emery n'est pas menacé et il suffirait d'une petite série de victoires pour que les doutes s'estompent et laissent place à l'harmonie. En revanche, en cas de défaite lors du prochain match... #Football #Ligue 1