#Stade 2 a traqué durant 2 ans les rugbymen dopés et propose un reportage de 18 minutes sur ces sportifs hors-jeu, mais aussi et surtout en danger. Avec notamment le témoignage d'Anthony, ancien professionnel dopé à l'âge de 25 ans. C’est un reportage exclusif que France 2 diffuse ce dimanche 30 octobre 2016, une enquête de deux ans de Thierry Vildary, journaliste à France Télévisions. #Dopage ? Le mot fait peur ou énerve. Pourtant, il est partout. Chez le politique en campagne électorale qui ne pourrait pas assurer trois déplacements dans une journée, pendant de longs mois. Dans l’armoire à pharmacie d’un étudiant, ayant besoin d’un petit quelque chose pour tenir pendant les périodes d’examen.

Publicité
Publicité

Et puis, de plus en plus, chez ces sportifs qui ne grimperaient pas aussi vite, qui ne courraient pas aussi longtemps, peut-être même qui ne sauteraient pas aussi loin. En 2016, comme le montre le reportage de France 2, on se dope chez les amateurs comme chez les professionnels. Parce que l’humain ne veut plus seulement participer depuis bien longtemps. Aujourd’hui, ce n’est plus le baron Pierre de Coubertin qui inculque ses principes, mais le tiroir caisse. Pour vivre de son art, il faut être meilleur que l’autre. Alors, le plus souvent à l’insu de son plein gré, comme l’a dit maladroitement le cycliste de Festina, Richard Virenque, on se dope un peu, un peu plus, beaucoup puis… à la folie. Le drame, c’est que cela marche. Les physiques se transforment. Les souffrances sont moindres aux entraînements et l’on peut surtout s’entraîner jusqu’au bout de la nuit ! Voire, jusqu’à la mort.

Publicité

Le dopage en 4ème division de rugby

"#Rugby, l’enfer du décor", voici le thème du reportage de Stade 2 sur le dopage. Le décor dans lequel vont ces sportifs qui, souvent, n’ont plus le choix. Ils ont choisi de vivre de leur passion et ils voient leurs « amis » plus performer qu’eux. Alors ? Un cachet de plus, une dose de plus, une piqûre de plusThierry Vilardy se posait des questions, alors il a enquêté. Il s’appuie notamment sur Anthony, un ancien professionnel qui avoue s’être dopé à partir de l’âge de 25 ans.. Pourtant il reconnaît ne jamais avoir connu une telle omerta. Une loi du silence dans ce monde du rugby. Anthony, lui, parle comme Rémi jeune espoir qui en restera là. Trop de compléments alimentaires. Et un dos qui, jeune, n'en peut déjà plus. Inquiétant également ce contrôle effectué dans un match de Fédérale 2, soit la...4ème division avec trois joueurs positifs sur dix ! Preuve grandeur nature. Mais, finalement, on aurait presque envie de dire que l'on savait déjà. Mais... le dire, c'est mieux !

Stade 2 : dimanche 30 octobre 2016, 16h35.