Dès la fin de l'#Euro 2016 en France et la défaite en finale face au Portugal, Didier Deschamps est clair. L'objectif principal des deux prochaines années sera de mettre en place un effectif capable de se qualifier et d'être compétitif pour la coupe du Monde 2018. Pour atteindre son but, le technicien pourra s'appuyer sur la majorité du groupe ayant disputé la compétition cet été. Avec une moyenne d'âge de 27 ans et 3 mois, les Bleus possédaient paradoxalement l'un des effectifs les plus "vieux" du tournoi mais ne comptaient finalement que peu de joueurs au-dessus de la trentaine. Le noyau dur de l'équipe était en pleine force de l'âge, le résultat d'un travail de 2, voire 4 ans, entreprit dès l'investiture de Deschamps avec en point d'orgue l'Euro 2016.

Publicité
Publicité

Jallet (32 ans), Sagna (33 ans) et Évra (35 ans) étaient les "anciens" du groupe France. Lors de sa première liste "après-Euro", le sélectionneur rappelle donc la majorité des vice-champions d'Europe, sauf les "vieux", dont tonton Pat'. Pilier du vestiaire et homme de confiance, le latéral de la Juve est apparu en difficulté pendant le tournoi, et le patron des Bleus souhaite désormais "faire confiance aux jeunes". Kurzawa (PSG) et Digne (Barcelone) sont logiquement appelés et clairement désignés comme les successeurs officiels à ce poste de latéral gauche.

Évra candidat pour 2018 ?

Alors comment interpréter ce retour en bleu de Patrice Évra ? Quelle est l'utilité de faire revenir un joueur qui aura 37 ans en 2018 ? Certes, il n'a jamais été question de retraite internationale, mais l'on pensait plutôt voir Benjamin Mendy (Monaco) venir pallier le forfait sur blessure de Kurzawa.

Publicité

Le Monégasque, qui réalise un très bon début de saison avec son club,, semble incarner le futur. Mais pour Deschamps, le match de vendredi face à la Suède, comptant pour les qualifications au Mondial, est trop important pour "faire des tests". Trémoulinas blessé, seul Patrice Évra dispose de l'expérience nécessaire pour disputer ce genre de rencontre selon le Basque, à tel point qu'il pourrait même être titulaire. Un discours compréhensible, mais qui peut décourager les postulants, surtout Lucas Digne. Le nouveau latéral du Barça, présent pendant l'Euro et qui a déjà joué une dizaine de match en club depuis le début de la saison, serait une nouvelle fois cantonné au banc des remplaçants. Une option qui on l'imagine ne devrait pas le satisfaire, et qui pourrait être mal perçue, d'autant que ses performances en Espagne sont tout à fait honorables. Titulariser Évra vendredi serait donc bien en opposition avec le discours pro-jeunesse du mois d'août. On y verrait surtout une marque de défiance vis-à-vis d'un des probables repreneurs du poste pour le Mondial en Russie, à moins que Deschamps ne décide d'emmener dans ses bagages son "ancien" préféré... #Football #Equipe de France