Quel contraste saisissant. Pour les amateurs de ballon rond, nul n’est censé ignorer que l’AS Monaco, version Leonardo Jardim, n’a jamais été reconnu pour l’attractivité de son jeu, en tout cas dans le passé. Le technicien portugais a dû jongler avec les caprices de la direction russe du club et le changement radical de stratégie sportive. Le but à présent, dénicher des joueurs à fort potentiel, les faire éclore aux yeux du grand public, et les revendre à prix forts. Cette saison, ces problèmes sont oubliés, Falcao est revenu, le collectif est sublimé et certaines individualités crèvent l’écran. C’est le cas de la pépite de l’#AS Monaco, à savoir Bernardo Silva.

Publicité
Publicité

Une vitesse d’exécution fulgurante, une technique extraordinaire, ce joueur a pour vocation d’aller très haut, c’est indéniable, tant son éclosion s’est imposée à Jardim, telle une évidence, lui qui aime couver ses jeunes pousses en limitant leur temps de jeu. « On connaît les qualités de Bernardo » disait le coach lusitanien cet été, au retour de sa pépite.

Monaco plus fort que Paris cette saison ?

Cette équipe, version 2016/2017, même si elle n’a pas de noms très ronflants, mis à part sa star colombienne, propose un #Football qui tient en haleine, le téléspectateur, et ce n’est pas une mince affaire, à l’heure du football aseptisé à la sauce Canal+ ou Bein. À renforts de gros plans et autres ralentis pour masquer tant de pauvreté dans le jeu, le vrai. Oui, Monaco fait « kiffer » comme disent les jeunes.

Publicité

On attend chacun de ces matchs, et à chaque fois le même sentiment de plaisir à les voir évoluer ensemble. Valère Germain décisif, le milieu costaud mais créatif, un génie dans le onze de départ, un très bon gardien, vraiment cette formation a de la gueule.

Hier, Rudi Garcia et son Olympique de Marseille en reconstruction s’est cassé les dents dessus. L’affaire étant déjà pliée à la pause, le meneur de jeu monégasque montrant toute sa classe et Germain tout son talent de finisseur. Aussi bien en ligue des champions qu’en championnat, Monaco fait meilleur impression que le Paris Saint Germain PSG. Les buts empilés sont aussi une marque de fabrique de cette équipe ultra prolifique. Seize buts sur les trois derniers matchs à domicile (6-2, 6-0, 4-0), la machine ASM écrase tout sur son passage.

Monaco comme en 2004 en LDC ?

Pendant que le PSG tâtonne, les coéquipiers du cerveau de l'équipe, Fabio Henrique Tavares, plus connu sous le nom de " FABINHO ", montre une maturité tactique étonnante et qui s'annonce difficile à contre carrer quand bien même on s'appelle le Paris Saint Germain et qu'on enquille les titres depuis quatre ans.

Publicité

Quid de la Ligue des Champions ? Si Monaco arrive avec une forme similaire au printemps prochain et sans blessures. Alors elle pourra regarder le tirage au sort avec gourmandise tant elle a un coup à jouer dans la compétition reine, un peu comme en 2004 où la bande à Ludovic Giuly et Jérôme Rothen, nouveau chroniqueur RMC et SFR Sport, nous avait fait rêver. Falcao pour Morientes, on peut y croire même si les époques et les contextes sont différents. Pour sûr que les amoureux du ballon rond aiment cet AS Monaco car il joue bien et par les temps qui courent, c'est assez rare pour être suivi. Après l'étincelle Ben Arfa l'an dernier, la LIgue 1 renaît de ses cendres à travers notre belle principauté.

En attendant, profitez du spectacle. #Ligue 1