Comment peut-on être un président de club aussi talentueux et avoir une communication aussi désastreuse ? C'est une question que beaucoup d'amateurs de #Football se posent quand ils voient les "tweets" de Jean-Michel Aulas sur les réseaux sociaux. Rappelons que le patron de l'#OL a un emploi du temps très chargé. Homme d'affaires à la tête de plusieurs organisations, on se demande bien pourquoi il tient tant à se manifester tous les jours sur Twitter ? On s'interroge encore plus quand on voit parfois le niveau de ses interventions... Cette activité, en général privilégiée par les ados, est-elle incompatible avec un homme de son envergure ? En se prêtant au jeu des pseudos-polémiques et en répondant aux attaques, appropriées ou non, sur son club, le président Lyonnais ne peut se faire que des ennemis et donne aux jeunes un bien mauvais exemple.

Publicité
Publicité

À l'heure où les réseaux sociaux font débat, il accentue sa présence. Récemment, de nombreux agents, dirigeants et éducateurs ont souhaité publiquement tirer la sonnette d'alarme concernant le danger des réseaux sociaux dans le milieu du football, à juste titre. Le meilleur exemple est Serge Aurier, qui a brillé par ses dérapages (insultes envers Laurent Blanc et ses coéquipiers). Une sortie qui lui avait attiré des ennuis et qui auraient pu briser sa carrière. Une trace d'ailleurs indélébile. Mais il peut y avoir des conséquences beaucoup plus graves, et la nocivité de ces outils s'étend à la population en général, publique et privée. Des débordements qui peuvent se transformer en harcèlement et qui poussent des jeunes gens (ou pas) à commettre l'irréparable. Des cas isolés et extrêmes certes, mais qui se multiplient.

Publicité

Voilà pourquoi tout doit être maîtrisé en encadré, notamment pour les personnages publics jouissants d'une certaine notoriété. Les "stars" devraient même se montrer beaucoup plus prévenantes envers les utilisateurs, surtout pour la jeune génération. Malheureusement,le comportement de JMA n'est pas reluisant.

Attention aux conséquences.

Ce dernier a encore utilisé Tweeter pour répondre indirectement à François Ciccolini, l'entraîneur de Bastia, qui s'était montré il est vrai particulièrement "agressif" en conférence de presse. Après la défaite des siens sur la pelouse lyonnaise, rencontre où les Corses ont concédé deux expulsions, le technicien est apparu très remonté devant les micros. En colère contre l'arbitrage et aussi envers certains joueurs lyonnais, il a donc prévenu ses adversaires qu'ils pouvaient d'ores et déjà s'attendre à un match retour "intense". Une réaction à chaud, pas forcément légitime mais peut-être plus maladroite que menaçante. Le président Lyonnais a donc, comme d'habitude, amplifié la polémique au lieu de l'éteindre.

Publicité

Le lendemain, il "post un tweet" où le mot "Mafia" est mis en légende de l'intervention de Ciccolini. De quoi jeter de l'huile sur le feu après une rencontre précédée d'incidents entre bandes rivales. Encore une fois, JMA s'est fait des copains...Mais il y a pire. Il est aussi capable de s'en prendre à ses propres supporteurs. Il y a quelques jours, il a répondu "Tu te prends pour qui toi, avec tes 9 abonnés ?" à un Lyonnais qui critiquait un choix de Génésio à Toulouse, une déclaration d'ailleurs assez "soft" par rapport à certaines. Avec cette réplique pleine de mépris et d'arrogance, il s'est cette fois dressé stupidement contre les siens. Beaucoup lui ont d'ailleurs rappelé ensuite qu'il ne serait rien sans eux (supporteurs), à juste titre. Une sortie qui ne peut que dégrader le climat Lyonnais qui n'avait franchement pas besoin de ça.. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas Aulas, cette omniprésence sur les réseaux sociaux pourrait bien avoir des conséquences désastreuses dans le futur. Même s'il préfère cristalliser les critiques pour protéger son groupe, ces débordements excessifs ne sont pas d'une grande utilité. Dommage de voir un homme ayant accompli tant de grandes choses pour Lyon s'adonner volontairement à ce genre d'inepties. #Ligue 1