Il y a parfois des conférences de presse utiles. Aujourd'hui, les journalistes ont même de quoi s'impatienter en raison du choix surprenant de Didier Deschamps concernant le remplacement hier de Samuel Umtiti, blessé. Alors que tout le monde s'attendait logiquement à une convocation d'Aymeric Laporte, c'est finalement Eliaquim Mangala qui rejoindra le groupe aujourd'hui. Même si le joueur de Valence réalise un début de saison convenable, son Euro raté avait quelque peu assombri son avenir en Bleu. Mais ce sont surtout les performances et la cote de son "concurrent" de Blibao, Aymeric Laporte, qui laissait penser à une préférence pour ce dernier.

Publicité
Publicité

Indiscutable chez les Basques, le cas du défenseur central Français est toujours "épineux". Dragué par l'Espagne (il pourrait jouer par la Roja) qui l'encense depuis déjà plusieurs mois, le jeune espoir avait déjà manifesté son incompréhension par rapport à ses absences successives en Bleu, surtout après l'Euro. Une frustration logique, loin d'être démesurée. Lors du dernier rassemblement, Deschamps l'avait convoqué. Même si certaines absences étaient à déplorer, on pensait que Laporte avait enfin gagné sa place, juste derrière les piliers du poste (Varane-Koscielny-Umtiti). Finalement, aujourd'hui, il passe aussi derrière Rami et donc Mangala. Une nouvelle déception pour le joueur de Bilbao qui risque bien d'amplifier son sentiment d'injustice.

L'expérience plutôt que la jeunesse

Alors, comment Deschamps va-t-il justifier sa décision ? Finalement, c'est en s'appuyant sur son raisonnement concernant le retour de Patrice Évra en Bleu que l'on a un début de réponse.

Publicité

Pour remplacer Kurzawa au poste de latéral gauche, le sélectionneur a préféré rappeler son vieux soldat alors que l'on pensait voir une nouvelle tête (Mendy). Mais le match de Vendredi face à la Suède est trop important. Considéré par beaucoup comme la rencontre au sommet de ce groupe, Deschamps préfère donc jouer la carte de l'expérience en s'appuyant sur deux joueurs présents pendant l'Euro. Il fera rentrer "les jeunes" plus tard. Même si cette défiance vis-à-vis de la relève peut-être mal perçue, notamment par les intéressés eux-mêmes, le coach lui préfère miser sur le "vécu" et à sans doute expliquer à ses espoirs que ce n'était finalement qu'une question de contexte. Les Laporte, Digne et autres espoirs pourront s'exprimer en temps voulu, dans des rencontres avec moins de pression et d'enjeux. À l'heure actuelle, l'objectif numéro 1 est la victoire face à la Suède, qui pourrait pratiquement assurer la qualification de l'Équipe de #France pour le Mondial 2018. En cas de défaite, Deschamps devra tout de même choisir entre patience et confiance... #Football #Equipe de France