La saison dernière, il faisait sensation en Bavière. Sa qualité de percussion enthousiasmait fans et dirigeants du #Bayern Munich. Mais la donne a considérablement changé pour #Kingsley Coman. Un Euro guère reluisant avec l'équipe de France et une cheville touchée mi-août occasionnant quatre semaines d'arrêt. Le jeune ailier de 20 ans a connu une intersaison rocambolesque. Une compétition internationale (toujours éprouvante physiquement, surtout après une saison interminable), suivie d'une blessure. On a connu mieux comme préparation pour un joueur dont le profil est quasi exclusivement basé sur les changements de rythme, et nécessite donc une forme optimale.

Le retour en forme de Ribéry et Robben

L'an passé, l'international tricolore a connu une première saison idyllique sous l'égide de Pep Guardiola (6 buts et 11 passes décisives en 35 matchs, toutes compétitions confondues).

Publicité
Publicité

Mais l'ancien parisien a surtout profité des blessures à répétition de Franck Ribéry et Arjen Robben pour intégrer le onze titulaire bavarois. Redevenus aptes et indiscutables depuis la reprise, les deux "vétérans" (33 et 32 ans) poussent assez logiquement Coman sur le banc des remplaçants. L'entraîneur du Bayern Carlo Ancelotti, qui l'a lancé en pro au PSG en 2013, ne l'a titularisé qu'à cinq reprises sur les onze dernières rencontres du club munichois. Mardi soir, à Eindhoven (1-2), le Français a même disputé ses trente premières minutes de la saison en Ligue des champions. Une bonne entrée qui ne devrait pas nécessairement bousculer le nouvel ordre établi par le technicien italien.

Quid de son avenir ?

Pour acheter définitivement l'ailier supersonique, le Bayern Munich devra débourser 21 millions d'euros d'ici le 30 avril prochain.

Publicité

Si le paiement de cette option semblait inévitable en juin dernier, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le directeur sportif de la Juve Giuseppe Marotta anticipe même un éventuel retour à Turin : «Si le Bayern ne l'achète pas ? Ce serait une bonne nouvelle pour nous. On récupérerait un excellent joueur et on aurait gagné 7 millions d’euros au passage (montant du prêt payant de deux ans, ndlr)», a récemment déclaré l'un des hommes forts de la Vieille Dame à Sport Mediaset. Un moyen de mettre la pression sur la formation allemande, d'autant plus que Pep Guardiola, qui officie désormais à Manchester City, a d'ores et déjà montré un vif intérêt pour son ancien poulain. L'entraîneur espagnol entend profiter de l'hésitation du Bayern pour rafler la mise. De son côté, Kingsley Coman a affirmé sa volonté de rester en Bavière, dans une entrevue accordée au magazine allemand Kicker cet été : «Je veux rester. Quand je suis arrivé au Bayern, mon intention était de rester longtemps. Le Bayern Munich est l’une des meilleures équipes du monde et je veux jouer pour elle durant plusieurs années»Ses récents déboires sportifs devraient l'inciter à la réflexion. #Football