Le #Vendée globe s’élancera à 13h02 précises. Une tradition bien établie désormais, due à l’horaire des journaux télévisées. Lesquels peuvent ainsi donner le coup d’envoi en direct de l'une des plus belle aventures sportives au monde. Aventure, d'autant plus que le monde entier la suivra pendant plus de deux mois.

Plus de 40 000 km pour remporter un Vendée globe que certains "promettent" à Armel Le Cléac'h 

La fête a débuté ce dimanche aux Sables d’Olonne (Vendée) avec la procession des bateaux dans le chenal menant à la ligne de départ. Des centaines de milliers de spectateurs pour la course désormais la plus mythique de la #Voile mondiale.

Publicité
Publicité

Il s’agira de la huitième confrontation de l’épreuve en solitaire, sans escale et sans assistance. Une seule main « étrangère » posée sur le bateau et ce serait l’élimination au classement général. Le Vendée globe, c’est plus de 40 000 kilomètres autour du monde. Le nombre de kilomètres que le quidam automobiliste fera en voiture... en plus de deux ans! Une règle du jeu simple : partir des Sables d’Olonne et y revenir ! En 2012, François Gabart a battu le record. Eloigné de sa famille durant 78 jours, 2 heures et 16 minutes. Le Vendée globe, c’est franchir les trois caps de tous les dangers : celui, mal nommé de Bonne espérance  (Afrique du sud) que l’on apprend à l’école mais aussi le Cap Horn (Chili) et, moins connu, mais pas moins dangereux : celui de Leeuwin (Australie). En début d’année 2017, il conviendra de remonter l’Atlantique pour tirer "un" bord en direction des Sables d’Olonne.

Publicité

Le tout sur des « engins » de 60 pieds Imoca, de classe monocoque. Ils sont 29 au départ, ce dimanche 6 novembre 2016, parmi lesquels 20 Français, grands favoris de cette épreuve. Dès le départ, tous devront être vigilants. Certains auront en tête, encore, les images des embrassades avec les épouses, les enfants surtout, les parents. Ce matin d'ailleurs, chacun vit à sa façon l'aventure. Des skippers en larmes, un Japonais avec son...sabre, un Irlandais en musique. Et puis, tous auront un petit moment d’appréhension, ne pas casser le bateau avant même la « vraie » aventure. Alors le Vendée globe sera lancé. Une course que des millions de fans vont suivre durant près de trois mois sans doute. Ou moins. Ou plus! C'est toute l'incertitude de la voile. Toute la beauté aussi. Et puis, l'environnement n'est pas étranger à cet engouement. Mais l'épreuve est autant appréciée aussi parce que 53% des skippers abandonnent tant le défi est difficile. L'épreuve a aussi connu des drames. Des morts.

Publicité

Les amoureux de voile le savent. Spectacle et respect!

20 Français, 9 étrangers, pas de femme!

Un seul bémol, les femmes qui sont absentes de l'épreuve. Beaucoup, toutefois, penseront fortement à une grande navigatrice qui, qui sait, aurait peut-être aimée être au départ. Florence Arthaud, merveilleux skipper, qui avait su déjouer tous les dangers de la mer, pas ceux de la télé-réalité.

Les concurrents: Français: (par ordre alphabétique) Fabrice Amedeo, Romain Attanasio, Eric Bellion, Jérémie Beyou, Arnaud Boissières, Louis Burton, Bertrand De Broc, Tanguy de Lamotte, Kito de Pavant, Sébastien Destremau, Jean-Pierre Dick, Yann Eliès, Sébastien Josse, Morgan Lagravière, Jean Le Cam, Armel Le Cléac’h, Stéphane Le Diraison, Paul Meilhat, Vincent Riou et Thomas Ruyant.   

Les étrangers ne partiront toutefois pas en victimes désignées. Etats-Unis: Rich Wilson, Espagne: Didac Costa, Pays de Galles Alex Thomson, Pays-Bas: Pieter Hieerema, Hongrie: Nandor Fa, Irlande: Enda O’Coineen, Japon: Kojiro Shiraishi, Nouvelle-Zélande: Conrad Colman, Suisse: Alan Roura.