«Aucun pays n’a organisé la coupe d’Afrique des nations de football féminin comme le #Cameroun. Il faut dire vrai, aucune édition n’a été comme la notre. Je ne nous jette pas les fleurs. Ça c’est la 10ème édition. Il y a eu neuf autres éditions avant et personne n’avait encore organisé comme nous. On a vu la mobilisation générale de tout le peuple camerounais. On a vu les moyens que l’Etat a mis en jeu, l’intérêt des politiques à travers l’implication du chef de l’Etat lui même».

Cette déclaration est signée Issa Hayatou le président de la Confédération africaine de football. Interviewé par des journalistes camerounais à quelques jours de la finale de cette compétition, il n’a pas caché son émotion.

Publicité
Publicité

Il a félicité la qualité de l’organisation et le peuple camerounais qui a démontré une fois de plus que «nous étions une nation de football et que nous aimons le football».

Succès de la CAN féminine

D’après le président de la #Caf, qui a fait usage de tous les superlatifs pour décrire le succès de la 10ème édition de cette compétition, l’organisation du Cameroun était un véritable succès. Cela a permis de rehausser le niveau du football féminin en Afrique et surtout de susciter l’engouement autour de cette compétition d’une aussi grande envergure. Interpellé sur les stades encore en chantier pendant cette compétition, le patron de la Caf a laissé comprendre que les éléments importants pour le déroulement de la compétition étaient réunis. Il s’agit de la disponibilité et de la praticabilité de l’aire de jeu, des tribunes et des vestiaires.

Publicité

«Quand tous ces éléments dans un stade sont réunis, la compétition se déroule puisque c’est tout ce que la Caf demande», fait-il savoir. Relevant la richesse des stades du Cameroun Issa Hayatou a fait savoir que le Cameroun avait plus d’installations sportives prêtes à accueillir cette compétition que d’autres pays africains l’ayant reçu. «A Yaoundé on avait quatre stades à savoir le stade omnisports Amadou Ahidjo, le stade militaire, les stades annexes 1 et 2. A Buea et Limbé on avait cinq autres stades parmi lesquels le stade omnisports de Limbe. Quand on a des aires de jeu et ceux des entrainements, le tour est joué. Il va falloir les hôtels», fait savoir l’ancien président de la fédération camerounaise de football (Fecafoot). Celui qui a taxe la presse camerounaise d’alarmiste a tout de même reconnu le travail qu’elle avait fait dans la promotion du football. Il a invité les journalistes à plus de responsabilités.

Can 2019

Pensant déjà à la Can masculine 2019 qu’organisera le Cameroun, Issa Ayatou a invité tous les camerounais à mettre la main à la pâte pour que cela se déroule bien. «Le Cameroun est d’ailleurs sur la bonne voie. Avec la construction des deux stades omnisports de 50 et 60.000 places à Douala et Yaoundé», a affirmé le président de la Caf. #can féminine 2016